Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

20 septembre 2018

4 conseils pour les adultes qui souhaitent retourner aux études

Retourner à l’université lorsqu’on est déjà bien engagé dans sa carrière est toute une décision, mais un peu de planification vous aidera à réduire votre stress – et à obtenir votre diplôme!

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Mélanie Deveault était nerveuse lorsqu’elle est retournée aux études à 36 ans pour faire sa maîtrise en muséologie.

«J’ai enseigné auparavant, alors j’étais à l’aise dans une classe, explique cette résidante de Montréal. Mais dans ma nouvelle situation, les rôles seraient inversés : ce serait moi, l’étudiante. J’étais plutôt inquiète. J’avais peur de passer pour une vieille dame bizarre.»

Ce genre de malaise qu’on peut ressentir en classe n’est pas le seul défi qui se pose aux étudiants d’«âge mûr», toutefois.

«Lorsque vous fréquentez l’école alors que vous êtes adulte, les choses que vous vous sentez poussés à faire à cette période de votre vie – vous marier, acheter une maison, avoir des enfants – doivent être mises de côté», affirme Tenniel Rock, responsable du soutien psychologique et du mieux-être des étudiants au George Brown College de Toronto.

Malgré tout, Mme Rock voit plus d’étudiants adultes sur le campus aujourd’hui qu’elle en voyait avant. Les adultes retournent à l’école pour une panoplie de raisons, évidemment, mais souvent, ils recherchent une meilleure carrière, plus payante – ou veulent simplement s’exposer à de nouvelles idées.

Si vous envisagez de troquer votre situation d’employé contre celle d’étudiant, voici quatre stratégies simples pour vous aider à gérer et même à apprécier votre retour sur les bancs de l’école.

1. Examinez tous les faits avant de prendre une décision

Si vous avez du mal à vous décider (retourner ou pas aux études?), Mme Rock vous suggère d’opter pour la bonne vieille méthode de la liste des «pour» et des «contre».

Ne vous arrêtez pas là, cependant. «Notez également ce pour quoi vous aurez besoin de soutien pendant vos études, ainsi que les ressources dont vous disposez», ajoute-t-elle.

«Si votre liste comporte un grand nombre d’inconvénients et que vous constatez que vous aurez besoin de beaucoup de soutien, il se peut que le moment ne soit pas idéal [pour retourner aux études]. Si vous arrivez à supprimer quelques inconvénients de votre liste, alors c'est peut-être le bon moment.»

2. Maintenez la relation avec votre employeur

Comme de nombreux autres étudiants adultes, Mélanie Deveault a continué de travailler pendant ses études. Cela lui a permis non seulement de payer ses études, mais aussi d’améliorer sa relation avec son employeur.

«Faites de votre employeur, votre allié, indique-t-elle. Je venais de commencer un emploi dans un musée lorsque j’ai entrepris mon programme d’études, alors j’ai fait valoir les avantages que mon employeur pouvait en tirer. J’ai également proposé des solutions : j’ai suivi des cours du soir quand c’était possible et j’ai repris les heures de travail manquées lorsque j’ai dû assister à des cours durant la journée.»

Il se peut même que vous puissiez obtenir du soutien financier de votre employeur : certains aident en effet à payer les cours qui ont un lien avec le travail si l’employé les réussit.

3. Explorez les ressources disponibles

Si vous devez travailler pendant vos études, sachez que le régime d'encouragement à l'éducation permanente (REEP), vous permet de retirer des fonds de votre régime enregistré d'épargne-retraite (REER) dans le cas d’un retour aux études à temps plein.

Grâce au REEP, vous pouvez retirer jusqu’à 10 000 $ par année de votre REER, à concurrence de 20 000 $ au total. Vous avez ensuite dix ans pour reverser dans votre REER l’argent ainsi retiré, à raison d’au moins 10 % du retrait total par année. (Lisez les règles de l'Agence du revenu du Canada pour des renseignements complets à ce sujet.)

Nous vous recommandons également de consulter le bureau d’aide financière de votre établissement d’enseignement et de vous renseigner sur les bourses d’études. «Souvent, explique Mme Rock, pour demander la bourse, il suffit de rédiger une simple composition.»

Il existe une autre option que les étudiants adultes oublient souvent : trouver un emploi sur le campus.

«Beaucoup de gens croient que ce type d’emploi est réservé aux étudiants plus jeunes, mais c’est faux, précise Mme Rock. Votre expérience (de personne qui a été sur le marché du travail) fait de vous un candidat intéressant, et l’avantage d’un emploi sur le campus, c’est qu’on tiendra compte de votre horaire de cours.»

4. Faites participer votre famille

Tout au long de vos études, tenez votre famille informée. Soyez honnête au sujet des avantages de votre retour aux études et de ses répercussions sur vos temps libres.

Mme Rock vous conseille de réserver au moins un après-midi par fin de semaine à la famille et aux amis, lorsque vous planifiez votre horaire.

«Vous devrez faire vos travaux d’étudiant durant la fin de semaine. C’est la réalité des adultes aux études, souligne-t-elle. Et votre famille vous dira que vous ne passez pas suffisamment de temps ensemble. Mais si vous lui réservez un moment dans votre horaire, elle pourra au moins faire des plans.»

Faire sa place n’est pas aussi difficile que l’on pense

Alors, qu’est-il advenu des inquiétudes de Mélanie Deveault? Comment a-t-elle vécu le fait d’être en classe avec des étudiants plus jeunes qu’elle?

Finalement, son expérience antérieure a joué en sa faveur : «Les autres étudiants ont su que j’étais une ex-enseignante. Ils voulaient donc travailler avec moi parce qu’ils savaient que je serais sérieuse. Je n’avais pas prévu ça.»

En conclusion, si vous hésitez toujours à retourner aux études, réfléchissez à ce que Mme Rock en dit : «J’ai parlé à des étudiants adultes qui ne pensaient pas passer à travers leurs études, et je les ai soutenus jusqu’à l’obtention de leur diplôme. Rien n’égale le bonheur de voir des gens atteindre leurs objectifs et se découvrir sous un nouveau jour avec une confiance plus grande.»

Son conseil à ce sujet? «Si vous avez toujours voulu retourner aux études, faites-le.»

Articles Connexes