Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie financière

26 février 2018

10 choses à faire au décès de votre conjoint

Lorsque votre conjoint décède, vous devez penser clairement et prendre les bonnes décisions tout en vivant votre deuil. Cette liste de vérification peut vous aider à y parvenir.

Le décès de votre conjoint, qu'il survienne subitement ou à la suite d'une longue maladie, est une dure épreuve. Vous aurez besoin de temps pour vivre votre deuil. Toutefois, de nombreuses décisions importantes ayant un impact sur le plan financier doivent être prises le plus tôt possible. Par exemple, il faudra organiser les funérailles, payer les factures et assurer le règlement de la succession. Vous pourriez être désigné comme liquidateur et devoir assumer des responsabilités pour la liquidation de la succession.

Les membres de votre famille immédiate, vos amis ou un conseiller digne de confiance peuvent prendre en charge certaines tâches. Toutefois, vous devrez leur fournir des directives et prendre des décisions finales importantes.

10 choses à faire au décès de votre conjoint

  1. Organiser les funérailles. Votre conjoint a-t-il acquis un lot au cimetière ou conclu d'autres arrangements préalables? Dans la négative, vous devrez choisir un salon funéraire. Dans les deux cas, vous devrez rencontrer le directeur de funérailles. Assurez-vous d'obtenir plusieurs copies du certificat de décès auprès du salon funéraire. (Vous pouvez vous renseigner au sujet de différentes options funéraires et des coûts qui y sont associés en consultant le site Web de la Fédération des coopératives funéraires du Québec.)
  2. Faire appel à des professionnels. Vous pourriez avoir besoin d'un notaire, d'un avocat, d'un comptable et/ou d'un conseiller financier afin de régler les affaires de votre conjoint. Si vous avez déjà établi une relation d'affaires solide avec un ou plusieurs professionnels, il serait logique de vous tourner vers ceux-ci. Autrement, vous pouvez obtenir des recommandations auprès des membres de votre famille et de vos amis. Des associations professionnelles comme les CPA, la Chambre des notaires du Québec et le Barreau du Québec peuvent également vous aider.
  3. Présenter une demande au titre des régimes d'État. Une prestation de décès (versement forfaitaire) est offerte au titre du Régime de rentes du Québec (RRQ) ou du Régime de pensions du Canada (RPC). Vous pourriez aussi être admissible à des prestations fédérales de survivant et à la rente de conjoint survivant, au Québec. De plus, vous pourriez avoir droit à l'Allocation au survivant, prestation offerte aux personnes âgées de 60 à 64 ans qui sont le conjoint ou le conjoint de fait d'un prestataire du Supplément de revenu garanti. Si votre conjoint est un ancien combattant, d'autres prestations ou indemnités pourraient être payables. Assurez-vous d'informer les services responsables du RRQ/RPC et de la Sécurité de la vieillesse du décès de votre conjoint, afin d'éviter de devoir rembourser des trop-perçus.
  4. Communiquer avec l'employeur actuel et les anciens employeurs de votre conjoint. Si votre conjoint occupait un emploi au moment de son décès, vous pourriez être admissible à des prestations d'assurance-accidents ou d'assurance-vie collective, selon la cause du décès. Une assurance-vie des retraités pourrait être en vigueur. Vous pourriez aussi avoir droit à un versement forfaitaire ou à des versements mensuels provenant du régime de retraite offert par l'employeur de votre conjoint ou d'un autre régime d'épargne. Communiquez avec les anciens employeurs de votre conjoint pour vérifier.
  5. Présenter une demande de règlement d'assurance-vie. Recueillez des renseignements au sujet des contrats d'assurance-vie de votre conjoint et, si vous êtes le bénéficiaire, présentez une demande de règlement auprès des compagnies d'assurance concernées. Vous devrez fournir une copie du certificat de décès ainsi que d'autres documents. Le produit du contrat d'assurance est généralement versé dans les 30 jours suivant la réception des documents demandés.
  1. Communiquer avec les banques/caisses populaires. Vous continuerez à avoir accès à vos comptes conjoints. Le liquidateur (vous ou une autre personne) ne pourra pas accéder aux comptes dont votre conjoint est le seul titulaire avant la vérification du testament. Toutefois, s'il y a de l'argent dans le compte de votre conjoint, vous pourriez obtenir une avance afin de couvrir les frais funéraires si vous présentez une facture.
  2. Fermer tous les autres comptes. Afin d’éviter la fraude, il faut mettre fin au régime provincial d'assurance-maladie. Vous devez faire annuler le permis de conduire de votre conjoint à la Société de l’assurance automobile du Québec, avec une copie du certificat de décès. Annulez ses cartes de crédit et fermez tout compte d'achats à crédit, et retirez le nom de votre conjoint des cartes de crédit et des comptes dont vous étiez cotitulaires. Communiquez avec les services gouvernementaux appropriés en ce qui a trait à la carte d'assurance sociale et le passeport de votre conjoint.
  3. Modifier votre testament et vos procurations. Passez en revue votre testament et vos procurations. Si des modifications doivent être apportées, vous pouvez rédiger un nouveau testament olographe ou devant témoins, ou encore demander à votre notaire ou à votre avocat de préparer de nouveaux documents à signer.
  4. Passer en revue vos biens immobiliers. Vous devrez évaluer si vous gardez ou non la résidence familiale. Si vous souhaitez ou devez déménager dans une maison ou un logement plus petit, ne précipitez pas les choses. Prenez cette décision uniquement quand vous vous sentirez prêt à le faire, mentalement et physiquement.
  5. Protéger vos actifs. Au décès de votre conjoint, vous pourriez devenir la cible de fraudeurs qui s'intéressent davantage à votre argent qu'à votre mieux-être. Prenez le temps de réfléchir à toute proposition financière et d'en discuter avec votre conseiller. Si l'amour frappe de nouveau à votre porte, envisagez de demander à votre notaire de rédiger un contrat de mariage afin d'assurer votre protection et celle de vos héritiers, avant de vous remarier.

Articles Connexes