Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

15 juillet 2013

Pourquoi (et quand) faire un bilan de compétences

Notre parcours professionnel est rarement linéaire, loin de là! Faire un bilan de compétences peut donc être une bonne façon de tirer les choses au clair quand on veut repartir du bon pied.

On peut faire un bilan de compétences pour plusieurs raisons : on est en recherche d'emploi, on souhaite mieux connaître nos forces et nos faiblesses, ou encore on veut bien se préparer à une entrevue d’embauche.

Une autre raison majeure qui motive un bilan de compétences, selon Martine Lemonde, conseillère d’orientation et consultante en psychologie organisationnelle : « Quand on vit un inconfort dans notre emploi, ce bilan peut nous aider à cibler ce qui ne va pas et éventuellement à définir nos besoins en matière de développement de carrière et de formation. »

Ajoutons aussi que, quand on gère notre carrière de façon active, faire ce bilan à intervalles réguliers nous permet tout simplement d’analyser notre bagage professionnel et de faire le point sur nos objectifs.

Le bon moment

Quel est le meilleur moment pour faire un bilan de compétences quand aucune situation ne nous y oblige? Idéalement, il faut avoir passé au moins deux ou trois années sur le marché du travail avant de se lancer dans cet exercice. « On peut manquer de recul sur nous-même si on fait un bilan trop tôt », estime Martine Lemonde.

Et devrait-on en faire un à intervalles réguliers? Cela dépend surtout de nos besoins et de l’étape de la vie professionnelle où l’on est rendu. Inutile, donc, de planifier un bilan tous les cinq ans par exemple, si le besoin n’est pas là.

Un objectif clair

Comme nous venons de le dire, un bilan de compétences peut avoir différentes utilités : il faut donc au départ savoir ce que l'on veut établir. Par exemple, si l’on est en recherche d’emploi, l'objectif sera de mieux cibler le type de responsabilités que l’on est en mesure d’assumer adéquatement. « Le titre lié à un poste n’est pas toujours représentatif, précise Martine Lemonde. Pour avoir une idée juste des tâches qui lui sont associées, il vaut mieux se fier aux tâches énumérées dans la description du poste. »

Les personnes qui sont en gestion active de carrière ou qui vivent une insatisfaction face à leur travail chercheront plutôt à mieux définir leur objectif professionnel et à faire un plan d’action pour l’atteindre, par exemple grâce à une formation d’appoint. Au bout du compte, parce qu’il nous aide à faire le point sur ce que l’on a fait et sur ce que l’on sait faire, le bilan de compétences nous aide à être plus heureux au travail!

Trouver de l'aide

Plusieurs types de professionnels peuvent nous aider à faire l'exercice, conseillers d’orientation, psychologues industriels ou coachs. Selon Martine Lemonde, ce n’est pas le titre qui compte, mais bien la capacité de la personne à nous accompagner. « Il faut lui poser des questions pour savoir quel est son bagage, quels outils elle va utiliser, combien d’heures il va falloir pour y arriver, etc. Il est essentiel que sa stratégie soit axée sur l’objectif; par exemple, si la personne que vous consultez vous dit que vous allez jaser et voir ce qui en ressortira, il est préférable de trouver quelqu'un d'autre... »

En général, il faut compter de cinq à sept rencontres individuelles pour réaliser un bilan de compétences, et le coût, qui s'établit en moyenne à 90 $ l’heure, peut varier de beaucoup. Il faut aussi savoir que divers centres de recherche d’emploi, affiliés à Emploi Québec, offrent ce service gratuitement aux personnes en recherche d’emploi et en insertion professionnelle.

Se préparer

Enfin, avant de rencontrer la personne qui nous aidera à faire notre bilan, il faut se préparer en se posant certaines questions — et en prenant des notes. On se demande par exemple :

  • Quels sont les inconforts que je vis actuellement au travail ? Dans quel contexte, à quel moment, ai-je du plaisir ?
  • Quelles sont les tâches avec lesquelles je me sens à l’aise, et quelles sont celles avec lesquelles j'ai de la difficulté?
  • À quel moment est-ce que je me sens en confiance quand je réalise des tâches? Quelles compétences est-ce que je suis alors en train d'utiliser ?
  • Quels sont les types de tâches que j'aimerais réaliser ou les postes que j’aimerais occuper au cours des prochaines années ? Dans combien de temps aimerais-je pouvoir atteindre ces objectifs ?

Pour en savoir plus :

  • Le bilan de compétences. Regards croisés entre la théorie et la pratique, Ginette Beaulieu, Patricia Dionne, Guylaine Michaud. Québec : Septembre éditeur, 2007, 220 p., 41,95 $.

Articles Connexes