Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

13 mars 2017

Opter pour une propriété plus petite : l'importance de choisir le bon quartier

Vous pensez opter pour une maison plus petite à la retraite ? Prenez en considération votre santé autant que vos biens.

L'automne dernier, j'ai tout réduit : mes dépenses familiales et mon tour de taille.

Quand ma femme et moi avons déménagé dans notre nouveau condominium au centre-ville, j'ai dû faire des courses (en marchant toutefois) dans plusieurs lieux et commerces : épicerie, quincaillerie, mairie, bibliothèque, épicerie fine, banque et magasin d'aliments naturels. Au cours des semaines et des mois qui ont suivi, nous avons systématiquement fait toutes nos courses à pied, que ce soit pour aller à l'épicerie, à la boulangerie, à la pharmacie, chez le poissonnier ou le boucher, ou dans les cafés et les restaurants.

J'ai perdu cinq kilos depuis le déménagement et je me sens plus jeune que jamais.

Ce n'est pas notre premier déménagement ces dernières années. Il y a environ cinq ans, nous avions emménagé dans une nouvelle maison unifamiliale, située aux abords d'une petite ville de l'Ontario qui figure toujours dans les dix «meilleurs endroits au Canada où vivre à la retraite» selon le magazine MoneySense. (Cliquez ici pour en savoir plus sur la première tentative de Dave de réduire son train de vie.) Nous avons découvert qu'il fallait prendre la voiture chaque jour pour faire les courses. Marcher pour se rendre quelque part était tout simplement trop long ou trop rebutant, et je ne me sentais pas en sécurité à vélo.

Réduire son train de vie pour des raisons financières?

À moins de vivre dans un quartier où le prix des propriétés est très élevé et d'être prêt à le quitter, il peut vous être difficile de diminuer la taille de votre maison et il est probable qu'il ne vous restera pas beaucoup d'argent à investir ou à dépenser une fois dans votre nouvelle maison. Après avoir préparé votre maison pour la vendre et réaménagé la nouvelle à votre goût (et bien sûr avoir payé la commission du courtier immobilier, les frais de notaire, les droits de mutation immobilière, le déménagement, les frais initiaux des fournisseurs de services publics, puis redécoré et remplacé les meubles qui ne convenaient plus à votre nouveau décor), il est fort probable que vous n'aurez pas à votre disposition autant d'argent que prévu.

En déménageant l'an dernier, nous avons économisé un peu d'argent, mais pas suffisamment pour que cela fasse aussitôt une grande différence dans nos finances ou dans nos dépenses courantes. En fait, le condominium nous coûte pratiquement autant que ce que nous déboursions pour entretenir la maison unifamiliale que nous venons de vendre. Nous avions vérifié cela avant de l'acheter. (Cliquez ici pour en savoir plus sur les défis et avantages de la réduction du train de vie (en anglais seulement).)

Choisir le centre-ville pour sa santé

Une étude menée par l'Institut canadien d'information sur la santé montre que les personnes vivant en plein cœur des centres urbains ont l'indice de masse corporelle (IMC) le plus bas. L'IMC, une mesure largement reconnue par le milieu médical, permet de déterminer si une personne a un poids normal ou si elle souffre d'obésité, de surpoids ou de déficit pondéral. Par rapport aux habitants des autres régions, les résidents du centre-ville déclarent avoir un poids santé dans une plus grande proportion.

Des organismes comme la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC et l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) sont d'avis que le fait d'opter pour un mode de transport à propulsion humaine (aussi appelé «transport actif») pour se rendre à son lieu de travail comporte de grands avantages pour la santé. L'ASPC croit que, en plus de profiter des bienfaits connus de l'exercice sur la santé, les Canadiens âgés actifs pourraient espérer vivre de façon autonome plus longtemps.

Qu'est-ce qui rend un quartier propre au transport actif?

Outre marcher pour faire ses courses, il existe d'autres excellents moyens de se rendre au travail ou de s'acquitter de ses tâches quotidiennes, comme la course à pied, le vélo, la planche à roulettes ou le patin à roues alignées. On peut aussi marcher en poussant une poussette ou se déplacer en fauteuil roulant en se propulsant à l'aide de ses mains. Mais tout cela ne fonctionne que si les destinations à atteindre sont situées près de notre lieu de résidence.

Si on souhaite intégrer l'activité physique à sa vie quotidienne, que devrait-on rechercher dans un quartier? Trois choses, selon l'Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie :

  • Un lieu sécuritaire. Des routes bien éclairées, à l'écart de la circulation, dans un secteur de la ville ni trop isolé ni trop «louche».
  • Un lieu invitant. Le circuit de marche est-il trop exposé au soleil, au vent ou au bruit? Est-il rebutant pour les piétons? Comporte-t-il des installations sécuritaires pour traverser les routes?
  • Un lieu pratique. Devrez-vous faire un grand détour pour vous rendre à destination?

Comment dénicher un quartier convenable

Il existe un outil en ligne que j'adore : Walk Score. Rendez-vous sur le site et saisissez une adresse. Vous obtiendrez un nombre sur une échelle de 0 à 100, où 0 signifie qu'il n'y a pratiquement rien d'accessible à pied et 100 que vous n'avez pas besoin de voiture ou des transports en commun pour accéder à la plupart des services environnants.

À titre d'exemple, la maison unifamiliale que nous avons vendue l'automne dernier affiche une note de 7 alors que notre nouveau condominium obtient une note de 94. Pas étonnant qu'il nous semble maintenant plus facile d'être en santé.

Si vous songez à réduire votre train de vie, tenez compte du transport actif et de ce que le philosophe Søren Kierkegaard disait à propose de la marche : «Chaque jour, je marche pour atteindre un état de bien-être et me débarrasser de toute maladie.»

  • Seriez-vous protégés, vous et votre famille, en cas de maladie grave? Vous êtes peut-être couvert par le régime collectif de votre employeur. Cependant, si tel n’est pas le cas, renseignez-vous sur les solutions d'assurance-santé personnelle conçues pour vous, selon les étapes de votre vie.

Articles Connexes