Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

22 mai 2014

La vie lorsque les enfants quittent le nid

50 ans, c'est souvent l'âge où il faut commencer à repenser notre rôle de parent et notre relation de couple, parce que les enfants sont autonomes. Une thérapeute conjugale et familiale et deux femmes nous offrent des conseils pour bien vivre cette nouvelle étape.

Jusqu’à l’âge de 50 ans, nous consacrons beaucoup de temps et d’énergie aux enfants; mais, quand ils deviennent adultes et autonomes, nous retrouvons une certaine liberté. Il faut alors revoir notre rôle de parent et réapprendre à vivre à deux. Quelques conseils pour bien vivre cette étape.

Revoir notre rôle de parent

Si notre rôle de parent change vers 50 ans, convient Julie J. Brousseau, thérapeute conjugale et familiale et directrice du Centre de thérapie pour couples et familles de l’Outaouais, « il ne faut pas penser qu’on devient inutiles. Même s’il n’est plus nécessaire, ni souhaitable, d’être constamment à leurs côtés, nos enfants ont encore besoin de nous. On doit les aider à devenir autonomes. Ils peuvent par exemple avoir besoin d’aide pour prendre des décisions comme acheter une voiture ou une maison. » Mme Brousseau suggère donc de rester à l’écoute et de montrer que nous sommes disponibles : « On peut dire par exemple "Si tu as besoin d’aide ou de conseils, viens me voir, ça va me faire plaisir". »

Pour garder un bon lien avec ses enfants quand ils quittent la maison, la clé, c’est la transparence, estime Mme Brousseau. «  Quand les enfants partent, ça crée un vide et on a un pincement au cœur. Et on a le droit de dire : "Je suis contente pour toi, mais je suis un peu triste de te voir partir, il va falloir que je m’ajuste." Mais il ne faut pas mettre de pression -- par exemple, ne pas demander de venir souper chaque semaine. Et bien sûr, on évite les blâmes et les reproches. »

Josette Audy, 56 ans et mère de trois jeunes adultes âgés de 22, 28 et 32 ans, a suivi ces conseils. « J’essaie de ne pas attendre après mes enfants, mais je les relance régulièrement. Je les invite sans créer d’obligation; par exemple, je leur dis "Je ne sais pas si tu travailles samedi, mais si tu es libre pour le dîner, on pourrait manger ensemble". »

Marie Sauvé, 54 ans et maman de trois grandes filles de 19, 23 et 26 ans, explique pour sa part que le lien de confiance qui s’est tissé au fil des ans entre elle et ses enfants fait qu'elles ont une belle relation. « J’ai beaucoup investi dans l’éducation de mes filles. Je sais que je leur ai transmis de bonnes valeurs, alors je leur fais confiance. Elles le sentent, et on est toujours très proches. Je les laisse vivre, je m’intéresse à ce qu’elles font sans porter de jugement, et on partage nos points de vue.»

Profiter de la vie

Pour bien vivre cette nouvelle étape de vie, Julie J. Brousseau conseille de profiter du temps libre dont nous disposons. « Il faut penser à soi, note la thérapeute. S’il y a des loisirs, des sports qu’on a le goût de pratiquer, on y va. » Et pourquoi ne pas accepter un nouveau défi au travail ou faire du bénévolat? « C’est aussi souvent un bon moment pour renouer avec des amis qu’on avait délaissés par manque de temps », ajoute-t-elle. Nous ressentons alors moins le vide; c'est plutôt un nouveau départ.

Josette et Marie restent donc très actives, et font plus de choses ensemble (elles sont amies) depuis que leurs enfants ont quitté la maison familiale. Par exemple, depuis sept ans, elles font de la patrouille en vélo l’été sur les pistes cyclables de leur région; elles se sont aussi inscrites à des cours de conditionnement physique en plein air. « Je fais également du bénévolat deux matins par semaine au Club des petits déjeuners, dit Marie. Et comme les voyages m’ont toujours attirée, j’ai suivi un cours dans le domaine et je songe à devenir accompagnatrice de groupes organisés. » Marie a maintenant aussi le temps de voir davantage ses frères et sœurs : « On se fréquente plus qu’avant, parce qu'on est tous plus disponibles : j’ai l’impression de retrouver ma famille! »

Renouveler notre vie de couple

La cinquantaine est aussi un bon moment pour vivre une nouvelle passion avec notre conjoint, affirme Julie J. Brousseau : « On a plus de temps à se consacrer, moins d’obligations parentales et souvent plus d’argent. Il faut se parler et voir ce qu’on a le goût de faire ensemble, discuter de ce qu’on veut faire de nos temps libres et de la façon dont on envisage la retraite. »

Josette avoue avoir l’impression de revivre sa jeunesse. « Je suis avec mon conjoint depuis l’âge de 15 ans. On a beaucoup d’intérêts communs, et on en profite! On sort en semaine, si ça nous chante, et, surtout, on fait beaucoup d'activités de plein air. »

« Toutefois, prévient Mme Brousseau, il faut faire attention de ne pas se laisser influencer par des tendances ou faire des choses "parce que les autres le font". Après 50 ans, tous les couples n'ont pas à entrer dans un moule : acheter un condo, faire des voyages et être tout le temps ensemble. Il n’y a pas de recette. L’important, c’est de trouver des projets qui correspondent à nos besoins et à nos valeurs individuelles et communes », conclut-elle.

Articles Connexes