Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

26 mai 2014

La créativité : une question de perspective!

10 créateurs-entrepreneurs montréalais nous donnent 7 conseils pratiques pour développer notre créativité.

Fin mai, Montréal réunit des centaines de gens d’affaires créatifs provenant des quatre coins du globe à l’occasion de C2MTL, un événement de trois jours — conférences, expositions et ateliers –où il sera question de créativité. Selon les entrepreneurs que nous avons consultés à cette occasion, la créativité serait une pratique qu’il est possible de développer, pour peu que nous nous en donnions la peine. Voici donc sept conseils pratiques.

1. S’attaquer à des problèmes inspirants

Pour être créatifs, il faut d’abord être en mesure de s’attaquer à des problèmes qui valent la peine d’être résolus… et que nous avons vraiment envie de résoudre : c’est la meilleure façon de stimuler notre créativité. « Pour moi, la créativité et l’optimisme vont ensemble. En tant que dirigeant d’entreprise, j’applique cette formule : Obstacles + Problèmes = Informations. Informations + Créativité = Opportunités », dit Raphaël Ettore, PDG d’Artfox. « Et l’outil le plus simple pour s’attaquer à ces problèmes reste notre habileté à poser les bonnes questions », dit Jean-François Malouin, PDG de Momentum R&D.

2. Varier nos conversations

De tous les commentaires récoltés, c’est l’idée de jeter des ponts  entre les communautés qui est la plus populaire. « On peut développer notre intuition et notre créativité en multipliant nos intérêts », explique Francis Gosselin, cofondateur de f. & co et membre fondateur de l’équipe des Creative Mornings Montréal. En effet, dit-il, « les meilleures idées ne sont souvent pas « nouvelles », elles sont simplement transplantées d’un contexte à un autre; c’est pourquoi l’appartenance authentique à de nombreuses communautés est essentielle ». Ces communautés nous permettent aussi de poser de nouveaux regards sur des enjeux qui nous bloquent : « Parfois, mettre une personne dans un contexte où elle n’a pas d’idées préconçues peut être bénéfique : c’est souvent à ce moment-là que des idées nouvelles émergent », explique Sophie Boulanger, cofondatrice et VP mise en marché de BonLook.

Et pour bâtir des ponts, il faut y mettre du temps, rappelle Kathia St-Jean, directrice des relations publiques et gouvernementales à la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal : « Organiser une petite séance de remue-méninges avec notre équipe, en mélangeant les niveaux hiérarchiques, c’est une technique qui a fait ses preuves. Mais il faut prendre le temps de le faire; la créativité n’est pas toujours nécessairement une affaire de rapidité. »

3. Développer une compréhension profonde de notre champ de travail

L’intuition n’est pas un don du ciel : elle s’ancre dans la compréhension profonde d’une question ou d’un champ d’activité. Miles Davis a-t-il composé Filles de Kilimanjaro simplement en posant ses lèvres sur sa trompette? Bien sûr que non. « Il faut chercher à acquérir des connaissances approfondies pour mieux analyser une problématique. Mais, même les données les plus récentes deviennent un jour la norme, le standard. Les entreprises qui innovent sont donc celles qui posent sur ces connaissances un regard différent », explique Jean-François Malouin.

4. Vivre dans le futur

Le futur, c’est maintenant, et c’est une source de créativité, selon Louis-Philippe Maurice, cofondateur de Busbud : « On peut développer notre créativité en « vivant dans le futur », c’est-à-dire en essayant d’en apprendre le plus possible sur les tendances d’aujourd’hui qui feront partie de la réalité de demain. En comprenant mieux le monde de demain, on voit plus facilement où il est possible d’innover aujourd’hui. »

5. Cultiver notre terrain de jeu

Ce n’est pas pour rien que les bureaux de certaines des entreprises les plus créatives du monde ressemblent davantage à un terrain de jeu qu’à l’espace de travail traditionnel auquel nous sommes habitués. « Quand on joue, on découvre. Quand on découvre, on innove », résume Félix Marzell, cofondateur et directeur artistique de DIX au carré.« Il ne faut jamais oublier que là où certains voient la folie d’autres voient le génie! » ajoute Marie-Pier Otis, productrice et cofondatrice de Glober.tv.

6. Se rafraîchir quotidiennement l’esprit

Toutes ces données et ces idées, il faut leur laisser du temps et de l’espace d’incubation, un peu comme on enfourne un mélange à moitié liquide qui se transformera comme « par magie » en gâteau moelleux. « Chez nous, on fait autant que possible une pause sportive vers 15 h. Les endorphines sécrétées pendant une activité sportive permettent d’avoir de nouvelles perspectives sur une situation et ainsi d’être plus connectés à notre intuition », explique Florence Petit-Gagnon, cofondatrice et VP marketing de Planiclik. Vingt minutes de méditation quotidiennes peuvent aussi faire des miracles : cela permet au cerveau de transcender l’information et de créer de nouvelles connexions entre diverses données.

7. Adopter le prototypage dans nos processus

C’est bien connu : être créatifs, c’est aussi prendre des risques… calculés. Une façon toute simple de réduire le risque : utiliser l’approche prototype. Il faut d’abord établir une hypothèse de solution à un problème auquel nous faisons face. Puis, il faut se questionner : quelle serait la plus simple expression de la solution que nous cherchons, avec laquelle notre clientèle cible pourrait interagir afin de nous permettre de récolter des données précieuses provenant de l’action concrète, et non d’une seule perception qui pourrait être erronée? Si notre hypothèse se confirme, nous créons le produit; sinon, nous retournons à la planche à dessin.

*Christine Renaud est une entrepreneure sociale passionnée par le développement du potentiel des individus et des communautés. Elle est présidente-directrice générale de E-180, une entreprise spécialisée dans la création d’outils Web et mobiles qui permettent de mettre en relation des gens aux intérêts similaires, et qui a été reconnue comme l’une des 10 entreprises les plus innovantes à Montréal par C2-MTL en 2013. Détentrice d’une maîtrise en éducation de la Harvard Graduate School of Education, et boursière de la Fondation Montréal Inc. depuis 2011, elle donne depuis deux ans une formation en entreprenariat social à l’Institut du Nouveau Monde, à Montréal.

Créez votre profil et connectez-vous aux gens qui ont des intérêts similaires aux vôtres sur E-180.

Articles Connexes