Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

16 octobre 2017

Comment survivre au retour à la maison de votre enfant

Votre enfant adulte revient vivre à la maison? Voici 5 conseils pour affronter ce changement de situation et mettre les choses au clair.

Christina Newberry est retournée deux fois vivre chez ses parents alors qu'elle était adulte. La première fois, c'était immédiatement après avoir terminé ses études universitaires et la deuxième, après une rupture amoureuse.

«Quand je suis retournée vivre à la maison après l'université, je n'ai même pas pensé aux répercussions possibles pour mes parents» raconte Christina Newberry, auteure du blogue The Hands-on Guide to Surviving Adult Children Living at Home (en anglais seulement). «Je ne me suis pas demandé si mes parents s'attendaient à me voir revenir à la maison ou si cela leur convenait ou non. J'ai juste pensé que c'était normal.»

«Pourtant, une fois revenue à la maison, je me suis rendu compte que cela présentait certains inconvénients» dit-elle en riant. «Tout à coup, j'avais à nouveau des parents. Je devais leur dire si je serais à la maison pour le dîner, et cela les dérangeait lorsque le téléphone sonnait au milieu de la nuit.»

«La deuxième fois, j'avais une carrière, j'avais été propriétaire d'une maison, et je me suis retrouvée à dormir dans l'ancienne chambre de ma sœur parce que mes parents avaient transformé la mienne en coin-détente» se rappelle-t-elle. «Ce fut un coup dur pour mon estime personnelle, mais je voyais maintenant les choses différemment. J’ai réalisé qu'il n'incombait plus à mes parents de prendre soin de moi.»

Christina Newberry est un exemple de l’enfant «boomerang».

Selon Statistique Canada, la tendance pour les jeunes adultes de demeurer ou de revenir au domicile parental s'est accrue au cours des dernières décennies. Selon une étude de 2016, 42 % des 4,3 millions de jeunes adultes âgés de 20 à 29 ans vivaient au domicile parental, contre 27 % en 1981.

«Plusieurs raisons expliquent cette tendance», affirme Barbara Mitchell, auteure de l'ouvrage The Boomerang Age: Transitions to Adulthood in Families, et professeure de sociologie à l'université Simon Fraser. Selon elle, une des principales raisons est la conjoncture économique, ajoutant qu'il est important de prendre en compte des facteurs comme la hausse des frais de scolarité et du prix du logement ainsi que le fait que les jeunes se marient beaucoup plus tard. Elle remarque également qu'en raison de «l'inflation éducationnelle», les jeunes doivent être plus scolarisés que leurs parents ne l'étaient pour pouvoir se trouver un emploi de premier échelon.

Nombreux sont ceux qui croient que demeurer au domicile parental est une bonne idée car, avec un peu de planification, cela permet d'assurer aux enfants adultes un avenir financier plus radieux.

«Vivre au domicile parental semble être un moyen pour les jeunes adultes de maximiser les avantages sociaux et économiques» explique Mme Mitchell. «Ils peuvent continuer à vivre dans un environnement familial tout en épargnant pour devenir autonomes un jour.»

Cependant, Mme Mitchell et Mme Newberry affirment que les parents et les enfants adultes auront tout un apprentissage à faire alors qu'ils se retrouveront à nouveau sous le même toit.

Voici 5 conseils si vous prévoyez que votre enfant adulte reviendra au nid :

1. Sachez que votre relation sera différente

«Les parents croient souvent qu'ils formeront à nouveau une belle grande famille et passeront du temps ensemble» explique Mme Newberry. «Toutefois, tout ce que leurs enfants souhaitent, c'est un endroit où loger pendant qu'ils remettent de l'ordre dans leur vie. Les parents peuvent encore imposer des règles, mais ce doit être parce que c'est leur maison et non pas parce que ce sont eux les adultes.»

2. Communiquez tôt et soyez clairs

«Toutes les personnes concernées doivent exprimer leurs sentiments en toute honnêteté» affirme Mme Newberry, qui recommande qu'une conversation sérieuse soit tenue avant le retour à la maison de l'enfant adulte.

Mme Mitchell, pour sa part, suggère des réunions de famille sur une base régulière : «Les familles doivent déterminer les rôles et les responsabilités de chacun, et les réunions de famille sont un excellent moyen de comprendre quelles sont les attentes en ce qui a trait à qui doit faire quoi et quand.»

3. Déterminez comment votre enfant adulte contribuera au ménage

Les parents posent souvent la question suivante : devons-nous demander à notre enfant de payer un loyer? Bien que chaque cas soit différent, plusieurs croient que l'enfant devrait contribuer de façon tangible aux dépenses du ménage ou aux travaux ménagers.

«Je préconise que les enfants adultes paient toujours un loyer, quelle qu'en soit la nature» explique Mme Newberry. «Évidemment, ce doit être moins que ce qu'ils paieraient s'ils ne vivaient pas à la maison, sinon cela irait à l'encontre du but recherché. Le fait de payer un loyer les habitue à devoir acquitter une dépense mensuelle.»

Quand ce n'est pas possible, Mme Newberry recommande qu'ils contribuent en effectuant de gros travaux comme peindre le garage ou nettoyer les gouttières, par exemple.

Elle ajoute que si les parents se préoccupent du fait que la contribution financière de leur enfant les empêchera d'épargner, il existe des moyens de renforcer l'autonomie tout en facilitant l'épargne. «Vous pourriez déposer l'argent qu'ils vous versent dans un compte pour eux, et le leur remettre au moment de leur départ» explique Mme Newberry, en insistant sur le fait que vous devez leur faire la surprise afin qu'ils continuent à épargner et à dépenser judicieusement tant qu'ils vivent avec vous.

4. Rédigez un contrat

Christina Newberry croit que la rédaction d'un contrat familial est le meilleur moyen à prendre pour que cette nouvelle relation avec vos enfants adultes soit un succès.

Voici des questions qui pourraient être incluses dans le contrat :

  • Pourquoi reviens-tu à la maison?
  • Pendant combien de temps prévois-tu rester?
  • Qu'espères-tu en retirer?
  • Comment t'y prendras-tu pour épargner?

Il faut aussi préciser les règles au sujet du couvre-feu et des amis qui viennent dormir.

«Quand on est en colère, les souvenirs de ce dont l’on a  convenu peuvent changer rapidement» déclare Mme Newberry. «Lorsque l’on rédige un contrat et que les choses se compliquent par la suite, toutes les personnes concernées ont un document écrit auquel se référer».

5. Ne soyez pas un parent hélicoptère

Certains parents sont tellement heureux que leurs enfants reviennent au nid qu'ils reprennent leurs anciennes habitudes de faire leur lessive et de leur donner tout ce dont ils ont besoin.

«J'ai entendu parler d'une nouvelle tendance qu'on appelle les parents «hélicoptères», c'est-à-dire des parents qui planent au-dessus de leurs enfants et ne veulent pas lâcher prise, raconte Mme Mitchell, en ajoutant que ce comportement découle d'un sentiment d'amour et d'affection. Mais si votre enfant adulte revient au domicile parental, il est important de concentrer vos efforts pour l'aider à épargner et à redevenir autonome. «Sinon, l'enfant s'installe confortablement et ne montre aucun signe de vouloir repartir» indique Mme Mitchell. «Les parents doivent alors retarder leur retraite».

En règle générale, si cela est fait comme il se doit, le retour des enfants adultes à la maison peut être une expérience très positive, indique Mme Mitchell. «Les parents peuvent en effet apprendre à connaître d'autres facettes de leur enfant. Ils ont la satisfaction de l'avoir aidé à devenir autonome, à terminer ses études et à retomber sur ses pieds» dit-elle. «Il faut seulement qu'il y ait une très bonne convergence de vues de la part de toutes les parties concernées.»

Articles Connexes