Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

14 mai 2013

Comment réussir son entrevue d’embauche?

Vous avez décroché une entrevue d’embauche pour ce poste si convoité? Voici ce que vous devriez faire avant, pendant et après l’entretien, pour mettre toutes les chances de votre côté.

Avant l’entrevue : une bonne préparation

Avant de rencontrer le recruteur, il est nécessaire de consacrer quelques heures à la préparation de l’entrevue. Calculez de une à cinq heures, selon le niveau du poste. D’après Martine Lemonde, conseillère d’orientation et consultante en psychologie organisationnelle, s’il est essentiel de se renseigner sur l’organisation, il faut toutefois s’en tenir aux aspects qui sont rattachés à notre champ d’expertise. «Par exemple, dit-elle, pour un travail dans le milieu des affaires, on tâche de connaître l’historique financier de l’entreprise, les produits et services qu’elle offre dans ce domaine, etc.».

Autre élément incontournable : faire un bilan de qui on est et de ce qu’on a à offrir à l’employeur. «Reprenez l’information contenue dans votre CV, puis inscrivez-la sur une feuille de papier en la découpant par blocs de compétences reliées au poste. Pour vous aider, décortiquez l’offre d’emploi et rattachez à chaque fonction les connaissances et l’expérience que vous possédez à cet égard», explique Martine Lemonde.

Pendant l’entrevue : des réponses précises

Le fait de vous préparer vous aidera à mieux organiser votre pensée et à donner des réponses plus précises au recruteur. «N’oubliez pas qu’il s’agit avant tout d’une évaluation et non d’un examen. Alors, prenez le temps de réfléchir avant de répondre et n’hésitez pas à demander des précisions à l’employeur», indique Martine Lemonde.

Pendant l’entrevue, on vous soumettra probablement quelques mises en situation. En général, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. «Ce sont souvent des cas sans issue. L’employeur veut surtout savoir comment vous réagiriez dans telle ou telle situation. Décortiquez votre processus de réflexion, étape par étape, en lui expliquant ce que vous feriez et pourquoi», précise la conseillère d’orientation.

On peut aussi vous demander quels sont vos défauts. Pour éviter de vous tirer dans le pied ou de présenter un tableau trop rose, répondez en indiquant plutôt ce qui constitue pour vous le plus grand défi et ce que vous faites pour tenter de vous améliorer. «Par exemple, si vous manquez de discipline pour effectuer le suivi de vos dossiers, vous pourriez expliquer quels moyens vous avez employés pour y remédier : petits rappels dans votre agenda électronique, formation spécifique, etc.», ajoute Martine Lemonde.

Autre question piège : où vous voyez-vous dans cinq ans? Ici, l’employeur veut savoir si vous êtes réaliste et conscient de la progression nécessaire pour réaliser vos ambitions. «Il faut penser en termes d’étapes de carrière par rapport à là où vous en êtes aujourd’hui. Un commis comptable ne peut pas vraiment aspirer à être v.-p. d’un service en cinq ans!» fait remarquer Martine Lemonde. En tout état de cause, faites valoir que, pour vous, l’essentiel est d’évoluer et de progresser vers votre objectif, même si vous savez qu’il ne peut être atteint en cinq ans.

Après l’entrevue : un retour sur la performance

Après la rencontre, il est important d’effectuer un retour sur votre performance. Notez les aspects dont vous êtes le moins satisfait et qui nécessiteraient davantage de préparation en vue d’un autre entretien d’embauche.

«Envoyez aussi un courriel ou une lettre de remerciements au recruteur pour le remercier d’avoir pris le temps de vous rencontrer, en lui mentionnant que vous restez à sa disposition pour la suite du processus, le cas échéant», conclut Martine Lemonde.

Articles Connexes