Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Travail et retraite

22 juillet 2013

CV virtuel : comment en tirer parti?

Le CV virtuel est une courte vidéo dans laquelle on présente nos compétences et notre expérience. Comment en créer un qui retiendra vraiment l’attention des recruteurs?

Le CV virtuel est une courte vidéo qui met en valeur les compétences et l’expérience d'une personne qui postule un emploi -- mais aussi sa personnalité, ce qui est plus difficile à faire avec un CV format papier. Ce CV nouveau genre peut ainsi nous aider à nous démarquer des autres candidats, la plupart du temps très nombreux, qui cherchent à obtenir le même poste. En effet, il paraît que l’on retient habituellement 20 % de ce que l’on lit, mais 50 % de ce que l’on voit! Le CV virtuel permet donc de mettre un visage sur un nom, et de faire en sorte qu'on se souvienne de nous.

Réussir son CV virtuel

Pas question de se filmer avec notre caméra Web en pyjama dans le sous-sol! Au même titre que le CV papier, le CV virtuel doit être soigné puisqu’il est notre carte de visite. « On prête attention à nos vêtements et à notre apparence en général, comme si on se rendait à une entrevue d’embauche », explique Guy Larivière, conseiller en ressources humaines agréé et vice-président et chef de pratique chez CFC Management et Ressources humaines.

M. Larivière ajoute qu'un CV virtuel ne doit pas être trop long : idéalement, il doit durer environ deux minutes. « Un recruteur ne regardera pas une vidéo de 20 minutes. Il faut aussi bien choisir les mots-clés qui font le bilan de nos compétences et de notre expérience : par exemple, mettre l’accent sur notre rigueur, notre résistance au stress, notre capacité d’écoute ou de résolution de problèmes. »

Peut-on faire preuve d’humour pour retenir l’attention d'un employeur? Oui, mais avec modération, car on peut facilement rater notre cible en faisant une plaisanterie qui tombe à plat. Un bon truc? Demander à des membres de notre entourage de visionner la vidéo; s’ils ne rient pas au moment où il le faudrait, ce n’est pas bon signe...

Puisqu’il s’agit de fichiers très lourds, on ne les envoie pas par courriel aux recruteurs. Ils peuvent être hébergés par des sites spécialisés, comme monCVvirtuel, ou encore sur YouTube ou Vimeo et éventuellement sur notre blogue s’il est à caractère strictement professionnel. Il est préférable d'éviter Facebook, qui est à la fois trop personnel et trop « public ». Il existe également plusieurs outils en ligne pour créer facilement un CV virtuel, comme Pathbrite, VisualCV ou Carbonmade (en anglais).

Quand faire un CV virtuel?

Le CV virtuel est particulièrement approprié quand on postule un emploi dans les domaines reliés aux technologies de l’information, au multimédia et aux médias en général. C’est l’occasion de montrer nos talents, par exemple en faisant un montage original ou en créant des animations de notre cru.

Il s’applique bien également aux professions reliées au secteur des communications, des relations publiques, de la vente et du service à la clientèle. Une image vaut mille mots, dit-on. C’est le moment de donner un aperçu de notre personnalité et de notre aisance à nous exprimer.

En revanche, le CV virtuel se conjugue assez mal avec les métiers manuels (ceux de la construction, par exemple). Et, quand il s'agit de postes de cadres, deux minutes de vidéo, ce n'est pas suffisant pour bien faire ressortir l'ensemble de l’expérience et des compétences qu'il faut avoir pour ce genre d'emploi.

Une arme à double tranchant

Selon Guy Larivière, le CV virtuel peut toutefois être une arme à double tranchant. « S'il est bien fait, il peut aider à décrocher un emploi; mais il est plus difficile de faire un bon CV virtuel qu'un bon CV papier. La plupart d’entre nous ne sont pas habitués à être filmés, et, si on est mal à l’aise, on donnera une mauvaise image de nous-même », prévient-il. Il faut également être capables de maîtriser notre langage non verbal et ne pas laisser transparaître notre stress, sinon on ne convaincra pas l’employeur que nous avons des habiletés avec le public, par exemple.

Selon M. Larivière, le CV virtuel n’est pas une mode passagère et il est probablement là pour rester; toutefois, ce n’est pas une panacée. « Je le vois plutôt comme un complément du CV papier qui, lui, permet de faire un bon survol de la formation et de l’expérience, même sur une page. » Il conseille donc de toujours envoyer un CV traditionnel dans lequel on indiquera l’hyperlien qui mène au CV virtuel.

Articles Connexes