Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Santé mentale

30 juillet 2014

Les troubles alimentaires et les jeunes : pistes de réflexion

Partout dans la société, minceur est synonyme de santé et de bonheur. Si ces pressions influencent les adultes, pas étonnant de voir les jeunes très préoccupés par leur image corporelle.

LigneParents existe depuis 30 ans pour accompagner les parents afin qu’ils ne se sentent jamais seuls.

 


Dans le contexte culturel nord-américain actuel, les médias sont omniprésents. Nous sommes tous exposés un jour ou l’autre, quel que soit notre âge, à l’idéal de la minceur. Et puisqu’on nous vend l’idée que la minceur est synonyme de santé et de bonheur, plus d’une personne se lance dans cette quête. Si ces pressions sociales nous influencent, nous, adultes, il n’est pas surprenant de voir nos jeunes très préoccupés par leur image corporelle.

Les troubles du comportement alimentaire sont surtout présents chez les adolescentes et les femmes, mais on les retrouve aussi chez les garçons, les hommes et les enfants. Il en existe plusieurs types, dont l’anorexie, la boulimie et l’hyperphagie. Ces troubles se manifestent lorsque la personne a, face à la nourriture et à son poids, des convictions et des comportements exagérés et extrêmes qui sont dommageables pour sa santé.

L’anorexie :

  • contrôle du poids par des moyens extrêmes et excessifs;
  • distorsion de l’image corporelle : conviction d’être gros même si en réalité le poids est sous la normale;
  • être mal dans sa peau et ressentir un sentiment de culpabilité.

La boulimie :

  • absorption d’une quantité de nourriture largement supérieure à la normale en peu de temps, même si on n’a plus faim;
  • peur intense et démesurée de prendre du poids;
  • tentative d’éliminer la nourriture absorbée par des moyens inappropriés;
  • sentiment de perdre le contrôle de ce qu’on mange;
  • sentiment de culpabilité et malaises physiques.

L’hyperphagie :

  • absorption d’une quantité de nourriture largement supérieure à la normale en peu de temps, même si on n’a plus faim et qu’on se sent inconfortable;
  • aucune tentative d’éliminer l’excédent de nourriture absorbée;
  • sentiment de perdre le contrôle de ce qu’on mange, d’être incapable de s’arrêter;
  • sentiment de culpabilité et de honte; un des symptômes de l’hyperphagie est le gain de poids.

Comme parent, on peut se sentir démuni devant cette situation et se questionner sur son rôle. Par votre présence, vos conseils et votre attitude, vous pouvez influencer positivement la conception que votre enfant a de lui-même et l’amener à développer son sens critique quant aux pressions sociales. Bref, lui apprendre à s’aimer tel qu’il est.

D’autres pistes de réflexion :

  • Faire part de nos inquiétudes en utilisant le «je». Par exemple, «je m’inquiète, tu sembles malheureux…, de te voir t’isoler…».
  • L’aider à s’interroger sur ce qui se cache derrière ces préoccupations et à trouver des solutions.
  • Éviter de parler du poids, de l’apparence physique et de l’alimentation, ce qui pourrait renforcer les fausses croyances.
  • Lui rappeler que nous tenons à elle/lui tout en lui offrant notre soutien et notre écoute, et en l’encourageant à se tourner vers des ressources professionnelles : médecin, infirmière, intervenant psychosocial de l’école ou du CLSC.
  • Lui proposer de téléphoner à Tel-jeunes.
  • Si cette situation nous apparaît trop lourde à porter, il peut être bénéfique de ne pas rester seul avec nos inquiétudes et d’aller chercher de l’aide pour soi également.

Si vous remarquez que les préoccupations de votre enfant deviennent envahissantes et entraînent des changements dans son comportement (régimes, vomissements, compulsions ou fixations alimentaires, hyperactivité, isolement, gain ou perte de poids, etc.), n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

Les troubles de l’alimentation peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé physique, psychologique et les relations interpersonnelles de la personne qui en souffre. En voici quelques-unes :

  • Fatigue et maux de tête
  • Insomnie et pertes de mémoire
  • Perte de cheveux, cheveux cassants, sans éclat
  • Problèmes dentaires (caries, dents jaunes, déchaussement, émail altéré)
  • Éclatement de vaisseaux sanguins au visage
  • Anémie
  • Troubles digestifs (constipation chronique)
  • Perte de conscience
  • Problèmes cardiaques
  • Sautes d’humeur, irritabilité
  • Dépression, tristesse
  • Baisse de l’estime de soi, dévalorisation, tendance à se culpabiliser
  • Difficulté de concentration
  • Tendance à éviter les activités sociales et les repas

Si, en tant que parent, vous croyez que votre enfant présente des symptômes de troubles de l’alimentation, il est important que celui-ci consulte un médecin ou un professionnel de la santé le plus tôt possible, car, sans traitement, la maladie et les problèmes de santé physique et psychologique peuvent s’aggraver.


La Financière Sun Life est fière de soutenir LigneParents — le Tel-Jeunes des parents! — dans sa mission d’accompagnement des parents à toutes les étapes de leur vie. Jour et nuit, anonyme, confidentiel et gratuit : 1-800-361-5085.

Articles Connexes