Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Santé mentale

28 septembre 2017

Découvrez comment votre ADN régit votre réaction aux médicaments

Une étude vise à améliorer le traitement des maladies mentales grâce à la pharmacogénétique, soit le lien entre nos gènes et la façon dont notre corps réagit aux médicaments.

Votre médecin vous a-t-il déjà prescrit des médicaments qui ont produit des effets secondaires indésirables, comme des nausées, des sueurs froides ou une prise de poids? Imaginez si vous pouviez éviter ces effets secondaires. Supposez que votre médecin puisse savoir quel médicament et quelle posologie conviennent à votre corps d'après votre ADN...

C'est l'idée qui sous-tend la pharmacogénétique, un domaine des sciences de la santé qui étudie la façon dont nos gènes influencent notre réaction aux médicaments. James Kennedy, Ph. D., du Tanenbaum Centre for Pharmacogenetics au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto, affirme que la recherche dans ce domaine d'innovation peut considérablement améliorer les soins de santé.

«Il existe une façon beaucoup plus éclairée de décider quel médicament prescrire à un patient», explique M. Kennedy. Prescrire le bon médicament est crucial pour traiter une maladie mentale, dit-il, car cela prend généralement de 3 à 5 semaines pour que les effets se fassent sentir. «S'il faut trois essais pour trouver le bon, le patient pourrait souffrir pendant 15 semaines ou plus, ce qui est très long.»

En partenariat avec la Financière Sun Life et Assurex Health, une filiale en propriété exclusive de Myriad Genetics, Inc., le CAMH étudie la façon dont la pharmacogénétique peut améliorer les soins de santé mentale. L'étude, intitulée IMPACT (Individualized Medicine: Pharmacogenetic Assessment and Clinical Treatment), en est maintenant à sa cinquième année d'existence, et plus de 9 000 patients y ont participé jusqu'à présent. M. Kennedy espère qu'à l'avenir les tests pharmacogénétiques seront la nouvelle norme partout en Ontario et dans d'autres provinces. 

Depuis août 2017, les clients de la Financière Sun Life dont les demandes de prestations d’invalidité liées à un problème de santé mentale ont été approuvées et qui prennent des médicaments pour traiter leur maladie peuvent participer à l'étude. Les patients utilisent un coton-tige pour fournir un échantillon de salive, lequel est envoyé aux laboratoires du CAMH pour y être analysé par l'équipe IMPACT au moyen de la technologie GeneSight d'Assurex. Le test indique de quelle façon un patient peut réagir à 33 des médicaments antidépresseurs et antipsychotiques les plus couramment utilisés. Un rapport mettant en évidence les résultats est ensuite envoyé au médecin du patient, généralement dans un délai de 36 à 48 heures.

Le rapport, codé par couleurs, indique le meilleur traitement pour le patient :

  • Le vert indique que le médicament visé est celui qui convient le mieux au patient.
  • Le jaune indique que la posologie du médicament devra peut-être être ajustée.
  • Le rouge indique que le médicament doit être utilisé avec prudence.

Comment fonctionnent les tests pharmacogénétiques?

Lorsque vous prenez un médicament par voie orale, ce dernier commence par se dissoudre dans votre estomac, pour être ensuite diffusé dans votre système sanguin et absorbé par votre foie. La façon dont votre foie métabolise le médicament dépend de vos gènes, parce que ce sont eux qui déterminent les enzymes qui métabolisent les substances chimiques dans votre corps. Étant donné que votre foie absorbe généralement la plupart des substances chimiques du médicament, l'équipe du CAMH teste principalement les enzymes du foie d'un patient. «Nous mesurons d'un point de vue génétique la façon dont le foie décompose, ou non, les médicaments couramment utilisés au Canada», explique M. Kennedy. Le même coton-tige permet à l'équipe de tester 2 gènes qui influent sur le cerveau, ainsi que 6 gènes qui influent sur le foie.

Les 5 avantages des tests pharmacogénétiques

  1. Les effets secondaires nocifs dus à la prise du mauvais médicament sont réduits.
  2. La stigmatisation qui entoure la prise de médicaments pour combattre les maladies mentales diminue. Parfois, les gens hésitent à prendre des médicaments pour traiter une maladie mentale en raison de la stigmatisation associée à de tels médicaments. «Il peut y avoir une stigmatisation associée aux médicaments qui traitent des problèmes de santé mentale. Alors des preuves scientifiques montrant que le médicament est celui qui convient encouragent les gens à essayer le traitement», explique Nicole Braganza, gestionnaire de programme dans le cadre de l'étude IMPACT.
  3. Les patients se sentent mieux plus rapidement. M. Kennedy indique que les patients souffrant de dépression ont constaté une réduction de 27 % de la gravité de leurs symptômes après 8 semaines de traitement fondé sur une analyse génétique.
  4. Les patients peuvent retourner travailler et se sentent mieux au travail plus rapidement qu'avec un traitement traditionnel. «Grâce à notre partenariat avec la Financière Sun Life, nous pouvons examiner la façon dont les tests génétiques profitent aux personnes qui s'absentent du travail en raison d'une maladie mentale», explique M. Kennedy. D'après le CAMH, au moins 500 000 Canadiens s'absentent du travail chaque semaine en raison d'un problème de santé mentale.
  5. Les coûts des soins de santé diminuent, étant donné que les patients vont moins souvent chez le médecin ou à l'hôpital lorsqu'ils reçoivent le bon médicament du premier coup.

La pharmacogénétique : la future norme des soins aux patients?

L'étude IMPACT reçoit actuellement des fonds du ministère de la Recherche et de l'Innovation de l'Ontario. Les chercheurs espèrent qu'une fois qu'ils auront terminé l'étude, au cours de l'année 2019, les données recueillies sur les avantages des tests pharmacogénétiques inciteront les gouvernements fédéral et provinciaux à accroître leur soutien à la technologie. L'équipe prévoit soumettre ses constatations au gouvernement de l'Ontario pour obtenir un financement de l'Assurance-santé de l'Ontario pour les tests utilisant la technologie GeneSight.

Plus de 300 médecins ont fait part de leurs commentaires sur la technologie des tests génétiques jusqu'à présent. La plupart considèrent les tests «utiles et faciles à utiliser», déclare M. Kennedy. «Ils sont d'avis qu'ils [les tests pharmacogénétiques] seront la norme à l'avenir et que [à l'avenir] chaque patient passera ce test avant que le médecin prescrive un médicament.»

À lire au sujet de la prise de médicaments :

Articles Connexes