Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Santé mentale

21 septembre 2016

Composer avec le stress de la première année

La première année d'études collégiales ou universitaires peut être excitante – et stressante. Voici ce que peuvent faire les parents et les étudiants pour s'assurer que les choses ne dérapent pas trop.

Le docteur Stan Kutcher sait qu'il recevra de nombreux appels téléphoniques au cours des premières semaines suivant la rentrée. Le titulaire de la chaire Financière Sun Life en santé mentale chez les adolescents à l'Université Dalhousie d'Halifax explique que les appels viennent de parents d'étudiants de première année, qui s'inquiètent de la santé mentale de leurs enfants alors qu'ils commencent leur vie universitaire. «Il y a tellement de parents qui s'attendent à ce que les choses aillent mal affirme le docteur Kutcher. Et pourtant, c'est une expérience positive et excitante pour la plupart des jeunes. Le stress nous aide à apprendre de nouvelles choses.»

Il s'agit en fin de compte d'une bonne expérience pour la grande majorité des étudiants de première année. Plusieurs d'entre eux, bien entendu, s'ennuieront de la maison, se sentiront seuls et incertains au sujet de leurs études ou de leurs finances, des défis que représentent les fréquentations avec les autres, l'étude et le travail – toutes des réactions normales, selon le docteur Kutcher. Toutefois, il met en garde les étudiants que le fait de manquer des cours, d'éviter les occasions de rencontrer d'autres personnes, de ne pas faire le travail scolaire qu'on exige d'eux et de consommer abusivement de l'alcool et des drogues peut mener à des problèmes de santé mentale qui peuvent nuire à leurs études. Ce qui est essentiel, c'est de trouver un équilibre entre le travail scolaire et la vie personnelle, ajoute le docteur Kutcher. «Et aussi de dormir suffisamment».

Demeurer en contact avec votre étudiant de première année

Le fait d'intervenir avant le début des cours est essentiel pour éviter les problèmes de la première année, explique Jennifer Hamilton, directrice générale de l'Association des services aux étudiants des universités et collèges du Canada.

«Les parents et les étudiants devraient prendre le temps d'en discuter au cours de l'été – n'attendez pas la journée qui précède le départ de l'étudiant au collège ou à l'université pour le faire.» Voici ses conseils à ce sujet :

  1. Faire une liste : Les étudiants de première année devraient faire une liste des choses qui les préoccupent, par exemple la gestion de leur argent, la crainte de ne pas se faire d'amis ou de ne pas avoir de bonnes notes.

  2. Dialoguer : Les parents devraient avoir un dialogue ouvert avec leur enfant au sujet de ces préoccupations. Ils devraient aborder chaque problème potentiel en posant une question comme «Que penses-tu que nous devrions faire si cela se produisait?»

  3. Obtenir du soutien : Les parents et les étudiants devraient se familiariser avec les services d'appui offerts sur le campus, comme les services aux étudiants, les services d'aide financière, les groupes de soutien par les pairs et les experts en matière de santé mentale – en cas de besoin.

  4. Ne pas attendre : Les étudiants et leurs parents devraient tenter d'avoir un dialogue ouvert sur les défis qu'ils ont à relever au fur et à mesure qu'ils se présentent. Les parents devraient intégrer dans la conversation des questions sur leurs préoccupations en ce qui a trait à la santé mentale de leur enfant, plutôt que d'attendre que celui-ci leur mentionne qu'il a des problèmes. Par exemple : «Est-ce que tu es triste parce que tu as peur de t'ennuyer de tes amis?»

  5. Penser petit : Les étudiants devraient circonscrire leur campus, c'est-à-dire le séparer en plusieurs parties plus petites pour se sentir moins perdus dans toute cette foule. Ils pourraient aussi, par exemple, s'inscrire dans un collège ou une faculté qui fait partie d'une grande université, ou se joindre à des groupes sociaux comme le journal du collège, une chorale, un groupe ou un club sportif.

  6. Participer : Les étudiants de première année devraient participer à la vie du campus. Même s'ils vivent à l'extérieur de celui-ci, le fait de se joindre à divers groupes et de participer à des activités sur le campus peut les aider à ressentir un sentiment d'appartenance.

Surveillez les indices de stress

Il arrive que même les étudiants qui se sont le mieux adaptés commencent à ressentir les effets du stress. Ce qui est important, c'est de les déceler et de s'en occuper le plus tôt possible avant qu'ils se transforment en un trouble de santé plus grave comme l'anxiété ou la dépression.

La Dre Joti Samra, psychologue agréée pratiquant à Vancouver et animatrice de l'émission Million Dollar Neighbourhood sur la chaîne d'Oprah Winfrey, explique que les parents doivent surveiller les changements dans la personnalité de leur fils ou de leur fille pour détecter tout indice pouvant révéler un problème de santé mentale. «Il ne faut pas s'inquiéter si le jeune a la mine basse pendant une ou deux journées. C'est normal, dit-elle. Toutefois, si cela dure deux semaines ou plus, c'est signe, dans la plupart des cas, qu'il y a un problème.»

Voici quelques indices d'un problème possible :

  • des changements dans la personnalité, comme de l'irritabilité, le fait que le jeune laisse plus souvent libre cours à ses émotions, de la colère, une tristesse extrême, du découragement, des propos suicidaires ou des comportements autodestructeurs;
  • des changements dans les habitudes sur le plan de l'alimentation ou de l'hygiène personnelle, comme une apparence négligée ou une obsession soudaine pour son image corporelle;
  • l'incapacité d'établir des relations avec les autres;
  • l'incapacité de remplir ses obligations sur le plan académique;
  • l'abus d'alcool ou de drogues, comme la consommation massive d'alcool.

Si vous décelez l'un ou l'autre de ces symptômes, cherchez de l'aide immédiatement pour remettre sur la bonne voie la vie d'un étudiant à bout de nerfs.

Trois choses que vous pouvez faire pour composer avec le stress de la première année

  1. Les parents : Lorsque vous discutez avec vos enfants, n'hésitez pas à parler de vos préoccupations en ce qui concerne leur santé mentale.
  2. Les étudiants : Prenez soin de vous – dormez suffisamment, mangez sainement et faites de l'exercice.
  3. Les parents : Évaluez de façon réaliste les stratégies d'adaptation de vos enfants et prévoyez des «filets de sécurité» comme l'appui de leurs pairs ou du counseling.

Articles Connexes