Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

Simplement brillant
17 juin 2013

Tout sur la crème solaire

Les crèmes sont essentielles pour se protéger du soleil. On le répète sans cesse et pourtant, plusieurs idées fausses circulent encore à leur sujet. La dermatologue Suzanne Gagnon nous aide à démêler le vrai du faux.

L’utilisation de la crème solaire empêche de bronzer

Vrai, mais en partie seulement. Protégée, la peau n’a plus à se défendre contre les rayons UV. Le bronzage se fait plus progressivement, car c’est lui qui constitue une défense pour la peau. Alors, pour une jolie peau hâlée, pourquoi ne pas opter pour un autobronzant? Résultat assuré, en toute sécurité!

La crème solaire est néfaste pour les enfants de moins de deux ans

Faux. L’Association canadienne de dermatologie recommande toutefois d’éviter l’exposition directe entre 11 h et 16 h et de faire jouer les enfants à l’ombre. Chapeau à large bord, lunettes de soleil, vêtements amples et pâles en coton sont également de mise. On peut appliquer de la crème solaire aux enfants de plus d’un an. Avec les moins de douze mois, on l’utilise avec parcimonie — et on la teste sur un petit bout de peau, au préalable — sur les zones non protégées (dessus des mains et des pieds, visage, cou, oreilles).

Il faut appliquer la crème en couche épaisse

Vrai. Il faudrait appliquer 2 mg de crème par cm2 de peau pour obtenir l’indice de protection indiqué sur le tube. Mission pratiquement impossible! C’est pourquoi on n’hésite pas à être généreux à l’application.

Il est inutile de mettre de la crème solaire en hiver

Faux. La peau brûle même en hiver, particulièrement si on s’adonne à un sport tel que le ski. Par ailleurs, il faut se protéger même quand le temps est nuageux (les nuages laissent passer 90 % au moins des ultraviolets).

Une personne bronzant facilement n’a pas besoin de crème solaire

Faux. Une crème avec un indice de protection d’au moins 30 est nécessaire, même quand on bronze facilement.

Les écrans physiques (oxyde de zinc, dioxyde de titane, etc.) sont préférables aux écrans chimiques (homostalate, avobenzone, etc.)

Faux. Les deux types d’écrans protègent de façon adéquate, s’ils sont bien utilisés. D’ailleurs, plusieurs crèmes solaires les combinent. Toutefois, en raison des possibles réactions allergiques causées par les filtres chimiques, les enfants et les personnes ayant la peau sensible devraient s’en tenir aux filtres physiques. Certains spécialistes font la même recommandation aux femmes enceintes ou allaitant.

Les crèmes solaires sont nocives pour l’environnement

Peut-être... Certains ingrédients des filtres chimiques ainsi que les nanoparticules du dioxyde de zinc dans les filtres physiques seraient potentiellement dommageables pour la vie aquatique. Toutefois, les recherches à ce sujet ne sont pas concluantes.

Les crèmes solaires favorisent le développement du cancer de la peau

Faux. Aucune étude sérieuse n’a prouvé que les crèmes solaires favoriseraient le cancer de la peau. En revanche, un cancer sur trois dans le monde serait un cancer de la peau, selon les statistiques de la Skin Cancer Foundation. Le soleil en serait la cause principale.

Quel que soit l’indice de protection de la crème, il faut en réappliquer toutes les deux heures.

Vrai. Le soleil, la sudation, l’eau et le vent font en sorte qu’une crème perd près de 40 % de son efficacité au bout de deux heures.

Un indice supérieur à 30 est inutile

Faux...et vrai, d’une certaine manière. Les dermatologues recommandent une protection solaire de 30 pour l’application quotidienne, et de 60 ou plus pour les longues activités à l’extérieur. Mais un FPS 60 ne protège pas deux fois plus qu’un FPS 30. Selon les ingrédients contenus dans le produit, il offre une protection de 1 à 3 % supérieure.

Docteure Suzanne Gagnon est cofondatrice, avec sa sœur la docteure Madeleine Gagnon, de la clinique Face au temps

Articles Connexes