Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

13 avril 2015

L'épilepsie : que faire lorsque quelqu'un fait une crise

Il y a de bonnes chances qu’un jour vous soyez témoin d’une crise, qu'elle soit de nature épileptique ou autre. Que devriez-vous faire si cela se produisait?

Il y a de bonnes chances qu’un jour vous soyez témoin d’une crise, qu'elle soit de nature épileptique ou autre. Que devriez-vous faire si cela se produisait?

Megan Strobel a fait cinq crises graves au cours de la dernière année. Un des épisodes les plus effrayants s'est produit en novembre dernier. Elle se trouvait à l'entrée d'un hôpital avec sa fille âgée d'un an, qui était heureusement assise dans une poussette, et elle attendait sa belle-mère pour aller prendre un café avant un rendez-vous chez le médecin.

«Une infirmière auxiliaire m'a vue trembler», raconte Mme Strobel qui a perdu connaissance et qui n'a aucun souvenir de la crise. «Elle m'a étendue sur le sol et on a signalé une intervention «code bleu». La première chose dont elle se souvient est de s'être réveillée en présence de médecins et d'infirmières qui s'activaient frénétiquement autour d'elle dans la salle d'urgence afin de trouver ce qui n'allait pas chez elle.

Cette aide-enseignante fait partie des nombreux Canadiens (près d'un sur 100) qui sont atteints d'épilepsie, et elle a eu le temps de se familiariser avec les crises puisqu'on a posé un diagnostic d'épilepsie à son endroit lorsqu'elle n'avait que neuf ans. Toutefois, alors que les crises qu'elle faisait habituellement se classaient dans la catégorie des absences généralisées (qu'on appelait auparavant le petit mal), au cours desquelles elle avait le regard fixe et perdait conscience pendant une courte période, les crises tonico-cloniques (ou crises de grand mal) qu'elle fait maintenant comportent des convulsions, une perte de connaissance, une chute au sol, des crispations et des contractions.

Mme Strobel prend des médicaments pour ce trouble de santé et espère qu'elle sera bientôt en mesure de reprendre la maîtrise sur ses symptômes.

Si Mme Strobel ne s'était pas trouvée dans un hôpital cette journée-là et que vous étiez à ses côtés, auriez-vous su quoi faire?

Passer à l'action

L'épilepsie est un symptôme d'un trouble neurologique où l'activité des cellules nerveuses est perturbée, ce qui donne lieu à des crises. Selon Épilepsie Canada, juste un peu moins de 1 % de la population souffre d'une forme ou d'une autre de ce trouble de santé, et bien que la plupart des gens pensent à une crise tonico-clonique lorsqu'on leur parle d'épilepsie, seulement 20 % des personnes atteintes font ce genre de crise. Les autres types de crises sont les crises partielles complexes, les crises partielles simples, les crises d'absence et celles qui n'ont été classées dans aucune catégorie.

Toutefois, comme les crises tonico-cloniques sont les plus graves – et qu'elles peuvent causer des blessures graves – si vous voyez quelqu'un faire une crise, quelle qu'en soit la nature, faites ce qui suit :

  1. Demeurez calme. Comme c'est le cas pour toute urgence médicale, une personne qui en aide une autre en crise doit demeurer calme.

  2. Agissez avec douceur. Les crises s'arrêtent presque toujours naturellement et durent moins de cinq minutes. Si la personne est étendue sur le sol, protégez sa tête en mettant sous celle-ci votre main ou quelque chose de souple. Dès que possible, débarrassez le plancher des objets qui se trouvent près de la personne, et déplacez doucement celle-ci pour la mettre sur le côté – ce qui permet d'empêcher d'obstruer les voies respiratoires.

  3. Ne mettez rien dans la bouche de la personne. Cela pourrait l'étouffer ou causer des dommages à ses dents.

  4. Faites-vous très rassurant et réconfortant lorsque la personne reprend connaissance après la crise. Les personnes qui font des crises sont souvent très désorientées lorsqu'elles reprennent connaissance parce qu'elles ne se rappellent pas où elles sont ni ce qui s'est passé.

  5. Appelez pour qu'on envoie de l'aide médicale. Si vous ne savez pas si la personne a déjà fait des crises, ou si la personne s'est blessée pendant la crise, demandez de l'aide médicale d'urgence.

Articles Connexes