Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

01 septembre 2016

Comment rester en bonne santé au travail

Passez à l’action pour vous assurer une bonne santé au travail : mangez bien, dormez suffisamment, faites de l’exercice – et ayez l’œil sur les risques potentiels.

Chaque jour, Laura Rourke voit des milieux de travail non sécuritaires.Comme directrice du Safety Group de l’Excellence in Manufacturing Consortium, son travail consiste à aider les entreprises à effectuer des vérifications de sécurité pour favoriser la création de milieux de travail sans accidents.

« J’ai tout vu, dit-elle. Matériel sans surveillance, employés ne portant pas d’équipement de sécurité, mauvaises techniques de levage » – et de nombreuses règles de sécurité mises en place par les gestionnaires, mais qu'on respecte peu ou pas du tout. Résultat : des milieux de travail où les accidents pourraient survenir à tout moment, si ce n’est pas déjà fait.

Bien qu’il incombe à votre employeur de vous procurer un milieu de travail à la fois sûr et sain, vous pouvez prendre d’importantes mesures dans ce sens. Mme Rourke estime que les employés qui connaissent mieux que quiconque leur travail, puisqu’ils l’exécutent quotidiennement, peuvent faire toute la différence dans la création de milieux de travail à la fois sûrs et sains.Selon elle, ils doivent continuellement se demander : « Comment faire mieux? »

« Ne craignez pas de poser des questions », dit-elle.

Un milieu de travail sain commence par des travailleurs en bonne santé

De nombreux milieux de travail imposent des cadences accélérées et des conditions stressantes. Il faut respecter les délais à tout prix. Pour y parvenir, les employés sautent des repas, font des heures supplémentaires afin de terminer les projets ou prennent des raccourcis.

Selon l’Industrial Accident Prevention Association (IAPA), être sous pression et travailler de longues heures peut entraîner des problèmes tels que :

  • les troubles du sommeil;
  • la prise de médicaments pour combattre le stress;
  • la consommation excessive d’alcool;
  • l’anxiété ou la dépression;
  • le manque d’exercice.

L’IAPA constate que lorsque les gens éprouvent de tels problèmes, ils sont plus susceptibles de :

  • devenir distraits;
  • commettre de dangereuses erreurs de jugement;
  • soumettre leur corps au stress, ce qui augmente la probabilité de foulures et d’entorses;
  • éprouver de la difficulté à exercer des activités normales exigeant une coordination œil-main ou œil-pied.

Également, Health and Safety Ontario a constaté que les employés exposés à des milieux de travail malsains sont de 2 à 3 fois plus sujets aux accidents, 3 fois plus susceptibles d’avoir des troubles cardiaques et de 2 à 3 fois plus à risque d’être atteints de problèmes de santé mentale que les travailleurs qui ne subissent pas de stress.

Si vous ne voulez pas être une statistique, souciez-vous de votre propre santé.Comme le suggère la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, améliorez votre condition physique en vous rendant au travail à pied. Empruntez les escaliers pour aller prendre votre café ou votre repas. Mieux encore, inscrivez-vous à des séances d’exercice pendant l’heure du repas ou joignez-vous à un groupe de marche pour mieux garder la forme. Vérifiez si votre régime de soins de santé et d’avantages sociaux au travail offre des ateliers sur la mise en forme ou la nutrition dans le cadre d’un programme de mieux-être.

Vous pouvez aussi veiller à dormir suffisamment et surveiller votre alimentation. Les diététistes du Canada recommandent que les travailleurs de quarts, dont la situation est particulièrement difficile vu leurs heures de travail irrégulières, évitent les boissons sucrées, s’hydratent bien (mais sans consommer trop de caféine), optent pour des petites portions aux repas et prévoient des collations saines pour éviter de se ruer sur les distributrices automatiques.

Examinez de près votre espace de travail 

Mme Rourke estime qu’avec le temps, les travailleurs peuvent négliger le bon aménagement et la fonctionnalité de leur espace de travail. Elle souligne que, dans certains cas, les employés notent un problème (comme une pratique peu sécuritaire), le signalent, puis passent à autre chose sans assurer un suivi pour voir si le problème a été résolu. « Ça devient une habitude », dit Mme Rourke.

Mais pour prévenir les blessures, il importe d’être vigilant face à tout problème de sécurité, que ce soit une caisse déposée là où elle pourrait faire trébucher quelqu’un, ou encore la mauvaise qualité de l’air provenant d’un processus de fabrication. « Nous devons être sensibilisés aux dangers qui nous entourent, indique Mme Rourke, et toujours les remettre en question. »

Cheryl Witoski, conseillère en ergonomie et cofondatrice de Injury Prevention Plus à Ottawa, affirme qu’un examen de votre poste de travail peut aider à cerner les problèmes pouvant mener à des blessures musculosquelettiques.

Elle dit qu’une posture neutre est la clé. « Quand la tête est alignée avec les épaules et les hanches et que les courbes naturelles de la colonne vertébrale sont maintenues, le risque de blessure est réduit », explique-t-elle.

Si vous ressentez de la douleur ou de l’inconfort, votre posture assise n’est peut-être pas adéquate. Vérifiez s’il y a des directives ergonomiques ou des formations disponibles pour votre poste de travail (notamment en ce qui concerne l’angle de votre moniteur et la hauteur de votre clavier) ainsi que des instructions concernant votre chaise, et ajustez votre chaise tout comme votre position assise selon les recommandations fournies.Si le problème persiste, signalez-le et demandez à votre employeur d’effectuer une évaluation ergonomique de votre poste de travail.

« Les gens hésitent parfois à signaler [un aménagement mal adapté de leur poste de travail]. Ils ne veulent pas être considérés comme des plaignards ou craignent de perdre leur emploi, indique Mme Witoski. Ils espèrent aussi que le problème va se résoudre avec le temps. Ils tendent à temporiser ou à vouloir régler le problème eux-mêmes. »

Or, ne pas signaler un danger peut entraîner des blessures graves, ce qui peut prolonger un arrêt de travail et même entraîner une invalidité.Nous courons tous des risques. « Les affections musculosquelettiques au travail sont fort communes – tôt ou tard, 80 % d'une population donnée sera atteinte de problèmes de dos », affirme Mme Witoski.

5 moyens de prévenir les blessures en milieu de travail

Pour prévenir les blessures, elle suggère les mesures suivantes :

  1. Les gestionnaires peuvent tenir des réunions en marchant : « Plutôt que de multiplier les courriels, marchez avec le collègue concerné et faites un remue-méninges. Puis, retournez à votre poste de travail pour résumer les principaux points abordés. »
  2. Dans votre ordinateur, prévoyez des rappels pour vous lever, faire des étirements et bouger. « Idéalement, il faudrait le faire toutes les demi-heures », suggère Mme Witoski.
  3. Rendez-vous à pied jusqu’au poste de travail d’un collègue plutôt que de lui envoyer un courriel.
  4. Au bureau, rapprochez votre chaise du bureau/clavier de telle façon que les accoudoirs touchent presque le rebord du bureau, à même hauteur que le clavier. Cela aide à neutraliser la posture et à limiter le besoin de tendre les bras.
  5. Quittez le moniteur des yeux toutes les 20 minutes. Regardez au loin pour reposer les muscles sollicités quand vous lisez de près.

Mme Rourke recommande que les gestionnaires parcourent à pied les aires de travail pour voir comment s’exécutent les tâches. « Les marches à suivre sont-elles appliquées? Les outils sont-ils correctement utilisés? Les postes de travail sont-ils encombrés?

En matière de sécurité, on peut toujours apporter des améliorations. »

Articles Connexes