Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

17 novembre 2015

Comment faire face au cancer

Recevoir un diagnostic de cancer, c'est probablement la chose la plus difficile à laquelle vous aurez jamais à faire face. Toutefois, jouer un rôle actif dans votre traitement peut vous aider à diminuer l'anxiété.

Recevoir un diagnostic de cancer, c'est probablement la chose la plus difficile à laquelle vous aurez jamais à faire face. Toutefois, chercher du soutien, jouer un rôle actif dans votre traitement et apprendre à vous prendre en main, tout cela peut vous aider à diminuer l'anxiété et à aller de l'avant.

Le psychologue Alastair Cunningham se rappelle comme si c'était hier la journée où il a reçu un diagnostic de cancer du côlon de stade III à l'âge de 47 ans et où on lui donnait une chance sur trois de survivre. Malgré le fait qu'il ait conseillé des centaines de patients atteints de cancer dans le cadre de sa pratique, «ma réaction en fut une de choc», dit-il. «J'avais peur, j'étais anxieux. Et le pire de tout, c'est que je me demandais comment j'apprendrais la nouvelle à mon épouse.»

Ce n'est pas tout le monde qui peut se joindre à un ashram pendant trois mois après avoir reçu un diagnostic de cancer, admet Alastair Cunningham. Mais c'est exactement ce qu'il a fait après son traitement. Selon lui, ce choix insolite l'a aidé à guérir mentalement.

Son séjour en C.-B. dans cet ashram l'a forcé, en tant que scientifique et psychologue, à faire face à son anxiété. Par le biais de la méditation, de la prière, du yoga et de l'écriture, M. Cunningham a réfléchi sur la façon dont il voyait la vie. Et son cancer étant en rémission, il a acquis une conscience spirituelle, qui l'a soutenue depuis ce diagnostic dévastateur en 1997.

«La première réaction la plus courante à un diagnostic de cancer est le choc et la peur», explique Andrew Matthew, psychologue à l'hôpital Princess Margaret à Toronto. «C'est la stupéfaction, l'incrédulité totales», explique-t-il, en ajoutant que cette réaction est habituellement suivie de tristesse, d'un sentiment d'impuissance, de colère et d'anxiété. Il existe peu de choses qui suscitent un tel sentiment d'isolement.»

La première étape, toutefois, après que le choc se soit quelque peu estompé, est de reprendre la maîtrise de la situation dans la mesure du possible. Andrew Matthew donne les conseils suivants :

1. Rassemblez votre équipe

«Il faut comprendre que vous n'êtes pas la seule personne qui soit touchée par cette épreuve», dit Andrew Matthew. «Votre conjoint, vos enfants et vos amis le sont également. Considérez la maladie comme un problème commun et faites-y face en équipe.» En faisant participer les membres de votre famille et vos amis, vous vous assurez de ne rater aucun renseignement important au sujet du diagnostic et du traitement alors que vos capacités de traitement de l'information sont peut-être amoindries, le soutien émotionnel est omniprésent et les membres de la famille ou les amis à qui vous vous êtes confié ne sentent pas qu'ils sont exclus de cette expérience, ce qui peut être très stressant pour ces personnes.

2. Sachez que la survie est une option

Évitez les histoires de peur sur Internet, explique Andrew Matthew, qui ajoute que la majorité de celles-ci proviennent de personnes ayant reçu un diagnostic de cancer très peu encourageant – et non pas de celles appartenant au groupe beaucoup plus important des survivants. En 60 ans, dit-il, le taux de survie est passé de 1 sur 5 à 3 sur 5 grâce aux progrès réalisés dans les domaines du dépistage et du traitement. Il recommande de demander à un médecin quelles sont vos chances de survie et de «recueillir l'information dont vous avez besoin pour envisager l'avenir.»

3. Prenez en charge votre plan de traitement

Participez activement à votre plan de traitement, affirme Andrew. Cela signifie l'obtention d'une deuxième opinion au sujet de vos résultats en pathologie (cela peut souvent être fait au même hôpital) et de votre plan de traitement, qu'il s'agisse d'une chirurgie, d'une chimiothérapie, d'une radiothérapie ou de toute autre forme de traitement. Vous devez vous assurer de prendre la meilleure décision possible et de reprendre la maîtrise de la situation autant que faire se peut.

4. Cherchez du soutien

«Bien des gens trouvent réconfortant de parler avec quelqu'un qui a vécu une expérience semblable alors que d'autres trouvent utile un appui clinique lorsque leur capacité à faire face à la situation est peut-être compromise», explique Patti Morris, directrice principale du centre Wellspring, à Calgary. Pour vous aider à trouver d'autres survivants ou pour obtenir des conseils, communiquez avec des groupes de soutien comme Willow soutien au cancer du sein au Canada, Wellspring, qui est un réseau de centres de soutien au cancer à travers le Canada, Gilda’s Club ou la Société canadienne du cancer. Il existe également de nombreux forums et blogues de survivants, sur lesquels vous pouvez échanger avec d'autres ou laisser des messages.

5. Faites de l'activité physique

Bien sûr, vous n'êtes probablement pas enclin à faire de l'activité physique les jours suivant un diagnostic de cancer. Toutefois, pendant ou après le traitement, des exercices de respiration profonde, des cours de tai-chi, de méditation ou de yoga peuvent vous aider grandement à gérer les nausées, la fatigue et l'anxiété», explique Andrew Matthew. En outre, ces exercices peuvent vous aider à dormir, ce qui est essentiel lors de votre convalescence. Faire des activités à l'extérieur peut également être très utile, selon Patti Morris. «La nature peut être très bénéfique – nous avons des programmes d'horticulture, de randonnée pédestre, de photographie – dans le but de permettre aux gens de communier avec la nature.»

Pour Alastair Cunningham, le cancer s'est révélé une expérience étrangement enrichissante et éducationnelle. Il a canalisé son expérience avec le cancer dans le programme The Healing Journey, qui est offert gratuitement et qui se concentre sur l'auto-guérison, la méditation et la recherche de la force intérieure. On peut le télécharger et on peut aussi le suivre en personne dans les centres Wellspring et dans les hôpitaux d'oncologie comme l'hôpital Princess Margaret à Toronto.

«L'aide médicale est votre premier moyen de défense», dit-il. «Le deuxième est de vous prendre en charge.»

Articles Connexes