Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

14 août 2012

Comment composer avec l'allergie aux arachides de votre enfant

Grâce à de nouveaux produits alimentaires et à une sensibilisation accrue, les parents disposent de plus d'outils pour les aider à prévenir et à traiter une réaction allergique de leur enfant aux arachides.

William, le fils de Janie Park, était âgé d'un an seulement lorsque sa vie en tant que personne allergique aux arachides a officiellement commencé. La petite famille venait tout juste de terminer de déjeuner dans un restaurant où ils avaient dégusté des falafels lorsque des rougeurs sont apparues autour de la bouche de William, maintenant âgé de trois ans. Quelques minutes plus tard, il semblait endormi dans sa poussette. Ce n'est que lorsque Janie l'a installé dans son lit qu'elle a commencé à s'inquiéter.

«Comme il pleurait bizarrement, je suis allée dans sa chambre», se rappelle-t-elle. «Il était couvert d'urticaire, sa bouche était enflée, son visage aussi. J'étais complètement paniquée.»

Lorsque Janie est arrivée à l'hôpital, on l'a fait passer immédiatement à l'urgence. «La réceptionniste a jeté un coup d'oeil sur William et m'a dit : «Allez-y maintenant», raconte Janie.

Plus tard, après avoir administré une dose d'antihistaminique oral à William pour combattre la réaction allergique, un médecin a dit à Janie qu'il soupçonnait que son fils avait probablement mangé une quantité infime d'arachides. Il a prescrit un EpiPen, un dispositif d'auto-injection d'épinéphrine pouvant sauver la vie. L'épinéphrine est une hormone qui peut ouvrir les voies respiratoires bloquées pendant une réaction allergique grave qu'on appelle réaction anaphylactique.

Aujourd'hui, après deux ans, Janie demeure vigilante. Elle a informé la garderie au sujet de l'allergie de William et elle a montré à tous les éducateurs comment utiliser un EpiPen. La garderie a été transformée en un environnement sans arachides. Aussi, avant chaque sortie, Janie rappelle aux autres parents que son fils est allergique aux arachides.

Un rendez-vous chez un allergologue doit être pris, maintenant que William a trois ans, pour déterminer la gravité de son allergie. «J'espère qu'il me dira que l'allergie de mon fils disparaîtra avec le temps», dit Janie.

L'allergie aux arachides est courante

Au Canada, 1,5 % des enfants sont allergiques aux arachides, selon l'Association d'information sur l'allergie et l'asthme.

Cela signifie que 15 enfants sur 1 000 doivent s'abstenir de manger des arachides, sinon ils souffriront de symptômes comme l'urticaire, l'enflure du visage, des nausées, des vomissements et de la diarrhée, mais aussi parfois une baisse importante de la tension artérielle (l'enfant devient blême ou perd connaissance), un gonflement des voies respiratoires qui rend la respiration difficile, l'incapacité de parler et l'évanouissement. Si les voies respiratoires se bloquent complètement, l'enfant peut mourir en une heure, ou même en quelques secondes seulement, explique Monika Gibson, coordonnatrice régionale pour l'Ontario de l'Association d'information sur l'allergie et l'asthme.

«La chose la plus importante à faire et sur laquelle nous insistons est de donner l'EpiPen dès que possible», dit-elle. «L'EpiPen empêche la réaction allergique de s'amplifier. Si vous attendez que l'enfant soit inconscient, il est possible que vous ne puissiez pas le ramener.»

Et ne vous inquiétez pas d'administrer l'épinéphrine pour rien. «Si jamais on découvre que la personne ne faisait pas une réaction anaphylactique, ce n'est pas grave. Le seul effet secondaire, c'est que celle-ci pourrait être surexcitée», explique Mme Gibson.

Prévenir l'exposition aux arachides

Il n'existe pas encore de cure pour l'allergie aux arachides. «Il se fait beaucoup de recherches cliniques très intéressantes à ce sujet», affirme Stuart Carr, président de la Société canadienne d'allergie et d'immunologie clinique. «Il est possible que nous ayons très bientôt des options de traitement.» Parmi celles-ci, on peut mentionner la désensibilisation à l'aliment, qui est une forme d'immunothérapie qui consiste à donner à une personne des quantités de plus en plus grandes d'un allergène jusqu'à ce qu'aucune réaction allergique ne se manifeste. Cette thérapie doit toujours être administrée par un professionnel de la santé dans un environnement contrôlé.

Il reconnaît, toutefois, «qu'il n'existe pas encore beaucoup d'options de traitement pour les patients qui se présentent aujourd'hui à la clinique.» C'est pour cette raison que la prévention demeure le meilleur moyen de défense.

  1. Choisissez les produits dont l'étiquette mentionne qu'ils sont exempts d'arachides.
  2. Sachez reconnaître les ingrédients – les arachides peuvent figurer dans la liste des ingrédients sous différents noms. Évitez les produits qui «peuvent contenir des arachides» de même que ceux qui contiennent des arachides sous un autre nom : huile d'arachides, noix d'accompagnement, noix moulues, noix de mandelona, cacahuètes, noix de Valencia, etc.
  3. Lorsque vous mangez au restaurant, demandez au serveur quels sont les ingrédients qui composent le plat que vous avez choisi. Mme Gibson se souvient d'une personne qui a eu une réaction allergique après avoir mangé une lasagne dont la sauce avait été épaissie avec du beurre d'arachides.
  4. Apportez à l'école de votre enfant, lors des sorties et dans les fêtes d'enfants des aliments que vous avez préparés à la maison.
  5. Ne donnez pas à une personne qui s'occupe de votre enfant ou à un éducateur une liste des aliments que votre enfant peut manger, recommande Mme Gibson. Pourquoi? Parce qu'alors que les produits emballés individuellement peuvent être exempts d'arachides, ce n'est pas nécessairement le cas pour les aliments achetés en vrac. Par exemple, les pépites de chocolat sont peut-être sécuritaires dans leur emballage, mais elles peuvent avoir été en contact avec des arachides si elles sont vendues dans un magasin d'aliments naturels ou d'aliments en vrac.
  6. Montrez aux personnes qui s'occupent de votre enfant et aux professeurs comment utiliser un EpiPen. Lorsqu'elle a amené William à la garderie pour la première fois, Janie a montré à toutes les éducatrices comment utiliser le dispositif et leur a fait signer un formulaire attestant qu'elles avaient reçu la formation.
  7. Faites en sorte que votre enfant ait toujours sur lui un EpiPen et apportez des unités additionnelles lorsque vous voyagez. «La maman et le papa devraient aussi toujours en avoir un sur eux», recommande Mme Gibson.

Articles Connexes