Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

23 décembre 2014

Comment cesser de fumer

Pourquoi ne pas faire de 2013 l’année où vous cesserez de fumer? Grâce aux différents médicaments offerts sur le marché et aux groupes de soutien, il est plus facile que jamais de perdre cette habitude coûteuse à plus d’un égard.

Pourquoi ne pas faire de 2015 l’année où vous cesserez de fumer? Grâce aux différents médicaments offerts sur le marché et aux groupes de soutien, il est plus facile que jamais de perdre cette habitude coûteuse à plus d’un égard.

Pour «M. CBB», ce fut une expérience mémorable que de cesser de fumer. «Mon épouse et moi avons arrêté ensemble le 29 janvier 2012 à 21 heures, à l’âge de 36 ans», explique le blogueur et auteur d’une chronique portant sur un jeune couple canadien en voie de s’affranchir de ses dettes sur le site Canadian Budget Binder.

Le premier mois a été difficile, dit-il. «Je me retrouvais dans la cuisine à chercher des choses à grignoter. J’avais des envies de sucre et je faisais beaucoup de desserts. Je mangeais donc des sucreries et je les confectionnais en même temps.» Bien qu’il ait pris près de cinq kilos au départ, il les a perdus depuis en faisant de l’exercice et en réduisant ses portions. Il a également ressenti des effets secondaires pendant une courte période, comme l’insomnie, l’anxiété, la bouche sèche et des nausées.

M. CBB sait qu’il est chanceux de n’avoir pas rechuté; il n’a pas touché à une cigarette depuis cette journée-là en janvier dernier. Il reconnaît que son succès est tributaire du soutien dont il a bénéficié – son épouse a en effet cessé de fumer en même temps que lui – et il a eu recours chaque semaine à la ressource Téléassistance pour fumeurs. «Mon conseil, c’est de vous fixer une date, de mettre par écrit vos objectifs et de ne laisser absolument rien vous empêcher de les réaliser» dit-il. «Vous pourrez alors être très fier d’avoir cessé de fumer, non seulement pour votre santé, mais aussi pour votre portefeuille.»

Les dommages causés par le tabagisme sont réversibles

Selon la Société canadienne du cancer, le tabagisme est la cause d’environ 30 % des décès attribuables au cancer et il est lié à plus de 85 % des cas de cancer du poumon. Il peut aussi avoir les effets néfastes suivants :

  • Diminution de la fonction pulmonaire
  • Problèmes de respiration
  • Infections respiratoires fréquentes
  • Toux du fumeur
  • Risque plus élevé de certains cancers, comme le cancer du poumon, de la bouche, de la gorge, du rein et du pancréas
  • Risque plus élevé de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral
  • Augmentation du risque de diabète de type 2
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique, qui est un groupe de maladies dont font partie l’emphysème et la bronchite chronique
  • Vieillissement prématuré de la peau
  • Diminution de l’odorat
  • Jaunissement des dents et mauvaise haleine

«Lorsque vous cessez de fumer, les avantages sont incommensurables» explique Chris Haromy, inhalothérapeute et éducateur certifié dans le domaine respiratoire à l’Association pulmonaire de l’Ontario. «Lorsque 10 ou 15 années se seront écoulées après que vous aurez cessé de fumer, vos poumons pourraient se comparer à ceux d’une personne qui n’a jamais fumé» dit-il. «En outre, la circulation sanguine s’améliore même après seulement deux semaines sans fumée.»

Vous aurez également plus d’argent en poche. M. Haromy cite une étude de l’Institut de cardiologie de l’Université d’Ottawa dans laquelle on révèle qu’il en coûte en moyenne 3 630 $ par année, ou 70 $ par semaine, à une personne qui fume un paquet de cigarettes par jour. «C’est beaucoup d’argent» dit-il.

Passez à l’action pour cesser de fumer

Si vous avez décidé de cesser de fumer, il existe plusieurs moyens de réussir, notamment :

  1. Votre volonté. Il est possible de cesser de fumer du jour au lendemain. Bien que vous puissiez ressentir certains effets secondaires comme un gain de poids temporaire, des sautes d’humeur et une sécheresse de la bouche, ces symptômes disparaîtront après une semaine ou deux.
  2. La thérapie de remplacement de la nicotine. Cette thérapie comprend des gommes à mâcher, des timbres, des pastilles et des inhalateurs qui procurent tous une infime dose de nicotine pour réduire les envies de fumer.
  3. Les médicaments de sevrage du tabac. Si vous avez de la difficulté à cesser de fumer et que votre santé en souffre, parlez à votre médecin des médicaments de sevrage du tabac. Ces médicaments, toutefois, ne sont pas pour tout le monde et peuvent avoir des effets secondaires graves.
  4. L’acupuncture. Même s’il n’a pas été scientifiquement prouvé que cette méthode permette d’arrêter de fumer, certains anciens fumeurs ne jurent que par celle-ci.

Quelle que soit la méthode que vous choisissiez, assurez-vous d’obtenir l’appui des membres de votre famille, de vos amis, de vos collègues ou de groupes de soutien. Vous pourriez consulter la section Cessation tabagique sur le site de l’Association pulmonaire du Québec, ou encore profiter des outils gratuits de J’arrête.qc.ca. Si vous cherchez une motivation, le Défi J’arrête, j’y gagne! présente une façon novatrice de cesser de fumer : les participants s’engagent à arrêter de fumer pendant les six semaines de campagne, soit chaque année du 1er mars au 11 avril.

Articles Connexes