Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

19 juillet 2017

Ce qu'il faut savoir au sujet de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme, une maladie parfois grave due à une bactérie transmise par la piqûre de tiques infectées, est en hausse au Canada. Alors que les cas se multiplient, voici quelques conseils pour éviter de la contracter.

Il y a quelques années encore, vous n'aviez peut-être jamais entendu parler de la maladie de Lyme ou très peu. Cette maladie inflammatoire parfois grave est causée par une bactérie transmise des animaux sauvages aux êtres humains par la piqûre de tiques infectées. Nommée d'après une ville du Connecticut ayant été le siège d'une épidémie en 1975, la maladie est aujourd'hui en hausse au pays, selon l'Agence de la santé publique du Canada. En 2016, 987 cas ont été déclarés au Canada et les experts estiment que ce nombre augmentera en 2017.

La maladie de Lyme fait l'objet d'une surveillance nationale, ce qui signifie que le gouvernement la surveille de près et tente de la contrôler. Selon Santé Canada, les cas répertoriés dans les zones où vivent les tiques porteuses de la bactérie ont augmenté de façon substantielle au cours des dernières années. Ils ont presque doublé, passant de 522 en 2014 à 917 en 2015. Plus de 91 % des cas de maladie de Lyme déclarés en 2015 ont été signalés dans seulement 3 provinces, soit au Québec, en Ontario et en Nouvelle-Écosse, cette dernière présentant la plus forte incidence.

Cette année déjà, les autorités de santé publique en Ontario ont signalé une hausse du nombre de tiques à pattes noires (la seule tique porteuse de la maladie en Ontario). Cela dit, il semble que la croissance des populations de tiques ne se limite pas qu'à l'Ontario. Les experts croient que 2017 pourrait bien être «l'année de la tique» au Canada et aux États-Unis.

À quoi la maladie de Lyme ressemble-t-elle?

Les symptômes de la maladie de Lyme sont semblables à ceux d'un grand nombre d'autres maladies. La phase initiale, localisée, survient après la piqûre de la tique et peut présenter des symptômes comme :

  • Une éruption cutanée en forme de cible à l'endroit de la piqûre
  • Un autre genre d'éruption cutanée, qui peut émerger, réapparaître ou s'étendre (bien que de nombreux patients atteints de la maladie ne rapportent d'éruption d'aucune sorte)
  • Des symptômes semblables à ceux d'un rhume léger ou modéré (fatigue, fièvre, douleur aux articulations, raideur au cou ou glandes enflées)

Il importe que les personnes se croyant atteintes de la maladie de Lyme consultent un médecin et soient traitées rapidement. Dans la plupart des cas, un traitement aux antibiotiques d'une durée de 2 à 4 semaines administré peu de temps après la piqûre s'avère efficace. Si elle n'est pas traitée, la maladie peut se développer et présenter au bout d'un mois ou deux des symptômes plus graves comme :

  • Une douleur intense aux articulations
  • Des maux de tête
  • Des contusions
  • Une conjonctivite
  • Une sensibilité à la lumière
  • De l'anxiété
  • Des tremblements
  • Des troubles de la vision
  • De l'arythmie cardiaque

«Si elle n'est pas traitée, explique Santé Canada, la maladie de Lyme peut durer des mois, voire des années.» À ce stade, elle peut causer des problèmes d'arthrite, de mémoire et de concentration.

Un médecin peut diagnostiquer la maladie de Lyme si le patient présente l'un ou l'autre de ses symptômes typiques ou s'il a séjourné dans l'une des zones à risque reconnues, qu'il se rappelle ou non avoir été piqué par une tique. Santé Canada affirme qu'un dépistage sanguin n'est pas concluant, car le test utilisé au pays ne détecte que 38 % des cas réels.

Conseils pratiques

Voici les précautions à prendre pour éviter de contracter la maladie de Lyme et d'autres maladies graves comme la fièvre pourprée des montagnes Rocheuses et la tularémie, toutes deux propagées par des tiques en Amérique du Nord :

  1. Se couvrir lors de randonnées ou de travaux en forêt ou dans des zones herbeuses pour empêcher les tiques de se fixer sur la peau ou les vêtements. Quand c’est possible, glisser les pantalons dans les chaussettes et les chandails à manches longues dans les pantalons pour éviter que les tiques se faufilent par les ouvertures des vêtements.
  2. Porter des vêtements de couleurs claires pour repérer plus facilement les tiques qui s'y posent.
  3. Durant une randonnée, utiliser un insecticide en vaporisateur contenant du DEET.
  4. Mettre un collier antiparasitaire (puces et tiques) au chien et le remplacer selon les recommandations du fabricant.
  5. Au printemps et durant l'été, peu importe où l'on va, s'inspecter minutieusement le corps chaque jour et se rappeler qu'on trouve des tiques aussi bien dans les parcs urbains et les cours des maisons de banlieue qu'à la campagne et en forêt. Vérifier aussi les animaux de compagnie.
  6. Éviter les zones à risque considérées comme des habitats de tiques relevées par Santé Canada* et être particulièrement vigilant si l'on y séjourne.

Le TickEncounter Resource Center de l'Université du Rhode Island suggère aux personnes préoccupées par la présence de tiques près de leur résidence ou de leur destination vacances de porter des vêtements enduits d'un répulsif à tiques lorsqu'elles vont à l'extérieur. Ces vêtements sont vendus dans certains magasins d'articles de plein air. Le centre recommande aussi de mettre les vêtements non traités 10 minutes à la sécheuse à haute température au retour d'une sortie en plein air. La chaleur de la sécheuse va faire mourir toute tique qui se serait accrochée aux vêtements durant la promenade. Le centre conseille aussi d'enduire les chaussures d'un répulsif pour empêcher les tiques tapies au sol d'y monter, mais le produit recommandé, la perméthrine, n'est pas offert au Canada.

Que faire en cas de piqûre?

Si, malgré toutes ces précautions, vous trouvez une tique accrochée à la peau, tentez de la retirer. À l'aide d'une pince à épiler à bouts fins, saisissez la tique le plus près de la peau que possible et tirez-la lentement vers le haut, en prenant bien soin de ne pas la faire pivoter ou de ne pas l'écraser. Conservez-la dans un sac à glissière ou un flacon à comprimés sur lequel vous inscrirez la date et le lieu de la piqûre. Nettoyez le site de la piqûre avec de l'eau et du savon ou désinfectez-le avec de l'alcool.

Il est important de savoir qu'une piqûre de tique n'entraîne pas automatiquement la maladie de Lyme. Pourquoi? D'abord, parce que la tique qui vous a piqué n'est peut-être pas du type porteur de la bactérie de Lyme. Ensuite, si la tique est porteuse de la bactérie, le transfert de celle-ci à votre organisme prend du temps. C'est pour cette raison qu'il importe de vérifier minutieusement la présence de tiques, de les retirer rapidement et de surveiller l'apparition des symptômes de la maladie. S'ils surviennent, consultez votre médecin et remettez-lui la tique afin qu'elle soit soumise pour analyse. Il est préférable de consulter un médecin le plus rapidement possible.

Au final, le meilleur moyen de vous protéger est de prendre vos précautions. En suivant ces conseils et en utilisant les ressources mises à votre disposition par Santé Canada et par un professionnel de la santé, vous pourrez réduire au minimum vos interactions avec ces insectes indésirables cet été.

*Consultez le site internet de Santé Canada : Surveillance de la maladie de Lyme pour consulter la liste complète des régions à risque.

Autres ressources sur la maladie de Lyme :

Articles Connexes