Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

07 février 2018

Accident vasculaire cérébral : les 4 signes à déceler pour agir VITE

Les premières heures suivant un accident vasculaire cérébral (AVC) sont cruciales. En connaître les signes et agir rapidement pourraient vous sauver la vie.

Personne n’est à l’abri d’un AVC et, quand cela se produit, il faut agir rapidement pour obtenir un diagnostic et se faire traiter. Si vous voulez savoir quoi faire, lisez sans tarder cet article. Cela pourrait vous sauver la vie.

Qu'est-ce qu'un AVC et comment le traiter?

Un AVC survient lorsque le cerveau est privé d'oxygène et de nutriments en raison d'un caillot, d'un blocage ou de la rupture d'un vaisseau sanguin intracrânien, faisant ainsi mourir les cellules cérébrales touchées. Si, comme c'est le cas pour 80 % des AVC, l'accident est causé par un caillot, on parle d'accident ischémique. Un mini-accident est causé par un caillot temporaire. Et s'il y a rupture d'un vaisseau sanguin, c’est un AVC hémorragique.

Statistique Canada estime que plus de 14 000 Canadiens meurent chaque année des suites d'un AVC, ce qui en fait la 3e cause de décès au pays. De nombreuses autres victimes demeurent invalides de façon permanente : 315 000 Canadiens, sans compter ceux qui se trouvent dans des établissements de soins continus, vivent avec les séquelles d'un AVC, selon un rapport publié par l'Agence de la santé publique du Canada.

Lorsque vous subissez un AVC causé par un caillot de sang, vous devez vous rendre dans un établissement hospitalier équipé pour traiter en urgence cette affection, dans un délai de 4,5 heures après l'accident, pour qu'on puisse vous administrer des médicaments afin de dissoudre le caillot. Administrés pendant les premières heures critiques suivant un AVC, ces médicaments peuvent réduire considérablement les dommages cérébraux.

«Pour protéger le cerveau, il faut agir rapidement» explique Mme Teresa Roncon, directrice principale des communications de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC de l'Ontario. «Plus l'intervention médicale est rapide, plus vous préserverez de cellules cérébrales. C'est pourquoi il est si important de reconnaître les signes d'un AVC dès qu'ils se manifestent et de composer le 911 ou le numéro d'urgence local pour une assistance médicale immédiate.»

Pour aider les Canadiens à reconnaître un AVC, la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC a lancé la campagne VITE :

  • Visage : Est-il affaissé?
  • Incapacité : Pouvez-vous lever les deux bras normalement?
  • Trouble de la parole : Troubles de prononciation?
  • Extrême urgence : Composez le 911

Une action et un traitement rapides sont cruciaux pour le rétablissement de la personne qui fait un AVC. Toutefois, nombreux sont ceux qui attendent trop longtemps pour obtenir de l'aide.

Alors, si vous ressentez soudainement les symptômes d'un AVC, vous ne devez pas «aller vous étendre pour que ça passe» ni conduire votre voiture pour aller à l'hôpital. Les ambulanciers sont formés pour évaluer la situation et administrer des médicaments intraveineux aux patients qui font un AVC pendant l'heure cruciale au cours de laquelle les traitements ont le plus de chances de les aider à survivre et à éviter des dommages neurologiques débilitants et permanents. Comme ils aviseront le service d'urgence de l'hôpital qu'ils sont en route avec un patient pouvant avoir fait un AVC, le traitement peut commencer dès l’arrivée à l'hôpital.

9 conseils pour prévenir un AVC

Vous pouvez réduire le risque de faire un AVC en adoptant un mode de vie plus sain. Commencez dès aujourd'hui grâce à ces conseils de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC :

  1. Faites baisser votre tension artérielle. L'hypertension est le facteur de risque le plus important en ce qui a trait aux AVC. Surveillez votre tension artérielle et, si elle est élevée, faites-vous traiter.

  2. Ayez une saine alimentation. Remplissez votre assiette d'aliments faibles en gras et riches en fibres que vous choisirez dans les quatre groupes alimentaires du Guide alimentaire canadien.

  3. Gérez votre stress. Déterminez quelle est la source de votre stress, parlez-en à vos amis, aux membres de votre famille et à votre fournisseur de soins de santé. N'oubliez pas non plus de prendre du temps pour vous.

  4. Perdez du poids. L'obésité et les complications qui y sont liées (hypertension et diabète) augmentent les probabilités de faire un AVC. Si vous avez un excès de poids, perdre aussi peu que 10 livres (4,5 kilos) peut influer considérablement sur le risque de faire un AVC.

  5. Faites davantage d'exercice. L'exercice contribue à vous faire perdre du poids et à faire baisser votre tension artérielle, mais il peut réduire à lui seul votre risque de faire un AVC.

  6. Limitez votre consommation d'alcool. Les femmes ne devraient pas prendre plus de 2verres par jour, jusqu'à un maximum de 10 par semaine; et les hommes, pas plus de 3 verres par jour jusqu'à un maximum de 15 par semaine.

  7. Traitez la fibrillation auriculaire. La fibrillation auriculaire est un rythme cardiaque irrégulier qui peut entraîner la formation de caillots dans le cœur. Ces caillots peuvent voyager jusqu'au cerveau et causer un AVC.

  8. Traitez le diabète. L'hyperglycémie fait augmenter avec le temps le risque d'hypertension, d'athérosclérose (épaississement des parois des artères), de maladie coronarienne et d'AVC.

  9. Cessez de fumer. Fumer fait augmenter la tension artérielle et accélère la formation de caillots en augmentant la quantité de dépôts lipidiques qui s'accumulent dans les artères.

Évaluez vos risques en utilisant l'outil Évaluation du risque cardiovasculaire de la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC. Les risques, les signes, le traitement, quand il s'agit d'AVC, la connaissance est votre meilleur moyen de défense.

Articles Connexes