Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Prévention et soins

Simplement brillant
18 avril 2017

5 idées brillantes pour votre santé!

Peut-être avons-nous tendance à nous croire surhumains, mais notre santé n’est ni éternelle, ni sans faille. Tirer parti des ressources qui existent peut nous aider à la conserver.

Prendre sa santé en main est la responsabilité de chacun. Voici des ressources qui vous aideront à y parvenir:

1. Prenez votre santé en main

Votre dossier santé, et celui de vos proches, sont fragmentés et se retrouvent chez le médecin de famille, certains spécialistes et le dentiste, à la pharmacie, ainsi que dans certains rapports et bilans de santé papier que vous avez accumulés au fil des ans.

Le point central, c’est vous, et vous pourriez vous bâtir un dossier – papier ou virtuel – qui centralisera tous les renseignements médicaux ainsi que votre historique en cas de besoin. L’approche classique est le cartable avec des pochettes plastiques, mais vous pouvez aussi mettre à profit votre nouvelle tablette électronique et y créer un dossier personnalisé. Il existe aussi une multitude d’applications mobiles, mais personnellement je n’ai pas encore trouvé celle qui me convient.

Assurez-vous évidemment de bien noter ou de communiquer à un proche l’emplacement de votre dossier.

2. Utilisez la technologie

La technologie peut vraiment aider à s’y retrouver en santé. Par exemple, utilisez-vous au maximum les services en ligne de votre pharmacien? La plupart des pharmaciens vous permettent de consulter votre dossier en ligne, d’y faire les renouvellements d’ordonnances et même d’y trouver de l’information pertinente sur vos médicaments ou sur des maladies.

Je suis un grand fan du site de référence du Manuel Merck à l’intention des patients et aidants naturels. La navigation est facile et l’information est pertinente, mais ce guide est disponible en anglais seulement.

Le Dossier Santé Québec (DSQ) est en train d'être déployé au Québec. Saviez-vous qu’à moins d'exercer votre droit de refus auprès de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) vous êtes automatiquement inscrit au DSQ? Heureusement, car cet outil est bien pratique : votre médecin, l’infirmière et les autres professionnels de la santé d’une clinique, d’un l’hôpital ou d'une pharmacie y ont accès pour consulter ou déposer des renseignements essentiels à leurs interventions.

3. Choisissez votre pharmacie

En tant que consommateur averti, vous pouvez choisir votre pharmacie non seulement en fonction du lieu où elle est située, mais aussi du service que vous y recevez, de votre relation de confiance avec l’équipe qui y travaille et de vos besoins en santé. Saviez-vous que les prix des médicaments peuvent aussi varier d’une pharmacie à l’autre? C’est le cas pour tous les autres commerces d’ailleurs, mais en santé on l'oublie parfois. Il est sage de comparer et de surveiller les augmentations de prix. Malgré cela, vous voudrez autant que possible choisir et rester auprès d'une seule pharmacie pour vos médicaments. Cela vous évitera des soucis comme des interactions non souhaitées entre différents médicaments ou une duplication non nécessaire de traitements. Dans certains cas, un service très spécialisé (pour un médicament injectable par exemple) pourrait vous obliger à visiter une pharmacie particulière; dans ce cas, assurez-vous que tous les renseignements pertinents sont communiqués à vos différents fournisseurs de soins.

Avec l’arrivée prochaine de nouveaux services en pharmacie, votre pharmacien sera un allié précieux et vous voudrez utiliser ses habiletés et ses connaissances au maximum. Pour en savoir plus, consultez les sites 7 nouveaux services et Nouvelles activités des pharmaciens.

4. Pensez aux traitements non médicamenteux

Vous souffrez d’une maladie chronique, de stress, d’une blessure sportive ou de douleurs persistantes? Pour plusieurs conditions, les médicaments fonctionnent bien et sont la solution appropriée. Mais avez-vous aussi pensé aux traitements non médicamenteux? Discutez-en avec votre médecin, votre pharmacien ou un autre professionnel de la santé pour savoir ce qui convient le mieux à votre situation.

Dans plusieurs cas, des traitements complémentaires comme la massothérapie, l’acupuncture, l’ostéopathie ou la physiothérapie peuvent être bénéfiques et compléter les traitements déjà en place. Des conseils d’experts, comme une consultation avec une diététiste, aident à mieux atteindre les cibles fixées. Dans d’autres cas, des exercices comme le yoga ou la relaxation peuvent permettre de rétablir un équilibre et vous remettre sur pied plus rapidement.

De plus, si vous avez accès à un régime privé en santé, vérifiez si certains de ces soins sont couverts, une partie des frais pourrait vous être remboursée dans le cadre de votre régime.

5. Utilisez les génériques, c’est plein de bon sens

Lorsqu’un médicament de marque perd son brevet de protection intellectuelle et qu’une version générique devient disponible sur le marché, vous pourriez réaliser des économies en choisissant cette option moins chère. Informez-vous auprès de votre pharmacien pour connaître vos options et discuter de votre cas particulier. Votre médecin aussi peut vous aider à faire ce choix. Pour la majorité des patients, la transition se fera sans heurt.

Au Québec, autant le régime public (de la RAMQ) que les régimes privés d’assurance-médicaments vous incitent maintenant à modifier votre comportement d’utilisation dans ce sens. En effet, les médicaments génériques sont généralement couverts à un meilleur taux (ce qui réduit ainsi votre quote-part à payer pour ceux-ci). Dans certains cas, le remboursement d’un médicament de marque est limité au prix du médicament générique équivalent (ce qui augmente le montant à payer pour continuer à prendre le médicament de marque). Dans tous les cas, vous avez toujours le choix de prendre le médicament générique ou de marque, mais ce dernier pourrait vous coûter plus cher.

Articles Connexes