Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Garder la forme

13 décembre 2017

Vos enfants passent-ils trop de temps devant les écrans?

De nouvelles directives concernant le temps consacré aux écrans, à l’activité physique et au sommeil donnent aux parents une grille de référence pour que leurs enfants aient une vie bien remplie.

Si vous croyez que vos enfants passent trop de temps devant les écrans, vous n’êtes pas seul. Les parents se plaignent depuis des décennies du fait que leurs enfants restent immobilisés devant la télé, mais l’arrivée des appareils mobiles comme les téléphones intelligents, les tablettes et les ordinateurs portatifs a rendu encore plus difficile le défi de les faire bouger et dormir suffisamment. 

Alors qu’on s’est longtemps inquiété du temps que passent les enfants de 5, 10 ou 15 ans devant les écrans, le problème se pose maintenant chez les plus petits également. De nouvelles études montrent que 3 enfants canadiens d’âge préscolaire sur 4 passent plus d’une heure par jour devant un écran, ce qui est la limite recommandée dans la mise à jour des Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures. Ces directives indiquent combien de temps les enfants devraient consacrer aux écrans, aux activités physiques et aux activités sédentaires.

Ces directives fondées sur des données probantes sont les premières dans le monde à inclure le groupe d’âge le plus jeune. Elles sont le fruit d’une étude menée conjointement par la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE) et un groupe de chercheurs réputés, notamment l’Agence de la santé publique du Canada, le Groupe de recherche sur les saines habitudes de vie et l'obésité (CHEO-HALO) et ParticipACTION. (La SCPE recommande également des niveaux d’activité pour les enfants et les jeunes âgés de 5 à 17 ans, les adultes âgés de 18 à 64 ans et les adultes plus âgés.)

Selon l’étude, il importe que les parents surveillent le temps passé dans ces trois sphères. Selon Leigh Vanderloo, chercheuse dans le domaine de l’activité physique auprès de ParticipACTION et membre de l’équipe ayant mené l’étude, même chez les enfants actifs pendant le jour, les avantages de l’activité physique disparaissent lorsque le sommeil n’est pas suffisant. «Il peut sembler lourd de gérer ces trois mesures, mais pour que l’enfant ait la meilleure santé possible, il faut se concentrer sur les trois types de comportements, car ils sont interreliés», explique Mme Vanderloo.

Voici les directives recommandes pour les enfants :

Nourrissons (moins d’un an)

Bouger : Les bébés qui ne se déplacent pas encore doivent passer au moins 30 minutes par jour sur le ventre. Cela les incite à lever leur tête et à essayer de ramper. Les bébés qui se déplacent déjà doivent être actifs tous les jours, notamment par des jeux au sol et d’autres activités comme ramper et chercher à atteindre puis à pousser des objets.

Dormir : Les 0 à 3 mois doivent dormir de 14 à 17 heures par jour, tandis que les bébés âgés de 4 à 11 mois ont besoin de 12 à 16 heures de sommeil.

S’asseoir : Idéalement, les nourrissons ne doivent pas être immobilisés pendant plus d’une heure (p. ex., dans une chaise haute ou une poussette). Ils ne doivent pas passer de temps du tout devant un écran.

Tout-petits (1 à 2 ans)

Bouger : Les tout-petits doivent faire au moins 180 minutes d’activités physiques variées chaque jour, notamment faire de courtes promenades, danser ou jouer à l’extérieur.

Dormir : Ils doivent dormir de 11 à 14 heures chaque jour, ce qui inclut les siestes.

S’asseoir : Ils ne doivent pas être immobilisés dans une chaise haute ou une poussette pendant plus d’une heure chaque jour. Ils ne doivent pas non plus passer plus d’une heure par jour devant un écran.

Enfants d’âge préscolaire (3 à 4 ans)

Bouger : Les enfants d’âge préscolaire doivent faire au moins 180 minutes d’activités physiques variées réparties au cours de la journée, dont environ 60 minutes de jeu énergique (nager, danser, faire du sport, etc.).

Dormir : Ils doivent dormir de 10 à 13 heures, ce qui inclut les siestes.

S’asseoir : Ils ne devraient pas passer plus d’une heure par jour devant un écran.

Enfants et jeunes (5 à 17 ans)

Bouger : Les enfants d’âge scolaire et les adolescents doivent faire chaque jour 60 minutes d’activité physique dont l’intensité varie de modérée à énergique, notamment courir, marcher et faire du sport. Ils doivent s’adonner au moins trois fois par semaine à de l’activité physique énergique pour renforcer leurs os et leurs muscles, comme la natation, le vélo et la pratique d’autres sports.

Dormir : Les 5 à 13 ans doivent dormir de 9 à 11 heures par nuit, tandis que les adolescents (14 à 17 ans) devraient viser 8 à 10 heures de sommeil.

S’asseoir : Les enfants ne devraient pas passer plus de 2 heures par jour devant un écran à des fins récréatives, par exemple pour jouer à des jeux vidéo, utiliser l’ordinateur pour s’amuser ou regarder la télé. (Les enfants plus vieux peuvent utiliser un ordinateur ou une tablette plus de deux heures par jour pour faire leurs devoirs, mais il reste avisé de surveiller le temps qu’ils passent en ligne.)

Si ces directives vous semblent très éloignées de la réalité de votre enfant, vous n’êtes pas seul. Selon Mme Vanderloo, un grand nombre d’enfants n’emploient pas leur temps conformément aux directives. En outre, lutter pour restreindre à deux heures le temps passé devant les écrans semble à peu près infaisable, compte tenu du fait que ces appareils sont omniprésents et qu’ils créent une dépendance.

Pour aider vos enfants à devenir plus actifs, Mme Vanderloo conseille de tenir un journal du temps qu’ils consacrent au sommeil, aux écrans et à l’activité physique. Cela vous permettra de vérifier de manière simple s’ils agissent conformément aux directives et vous aidera à établir votre nouvelle stratégie santé.

Au lieu de retrancher simplement de leur horaire le temps que vos enfants passent devant un écran, essayez qu’il soit remplacé volontairement par de l’activité physique ou du repos. Il n’est pas nécessaire que la nouvelle activité soit coûteuse ni qu’elle exige un équipement perfectionné. «L’exercice physique amusant est souvent gratuit», indique Mme Vanderloo. Voici quelques idées :

  1. S’éclater. Mettre de la musique et danser à la maison est un moyen amusant d’être actif à l’intérieur comme à l’extérieur.  
  2. Aller dehors. «Les enfants sont plus actifs à l’extérieur. Il faut donc les encourager à sortir», affirme Mme Vanderloo. Les hivers canadiens incitent parfois moins à sortir, mais les enfants peuvent s’amuser beaucoup à l’extérieur, peu importe la température. Assurez-vous simplement qu’ils sont vêtus chaudement et qu’ils jouent dans un endroit sécuritaire.
  3. Fixer des heures de coucher et de lever régulières et essayer de ne pas déroger à cet horaire le week-end et les jours de fête.
  4. Retirer les écrans des chambres à coucher. Ne permettez pas qu’il y ait des télés, des ordinateurs ou des tablettes dans les chambres des enfants et assurez-vous de les ranger ailleurs au moment du coucher.
  5. Profiter au mieux des temps libres. Lorsqu’ils ont des temps libres ou sont sédentaires, encouragez vos enfants à lire, à faire des casse-têtes ou de l’artisanat, par exemple. Les directives recommandent également de faire la lecture aux enfants lorsqu’ils ont des temps d’arrêt.

Utilisez les directives comme des outils de référence et de motivation pour aider vos enfants à être plus actifs et à dormir davantage. Ne vous découragez pas, toutefois, si cela vous semble ardu de les suivre.

«Sortez-vous de l’esprit que l’activité doit être pratiquée dans un établissement ou dans le cadre d’un sport organisé, souligne Mme Vanderloo. Les personnes de tous les milieux socio-économiques et de tous les niveaux d’aptitude, tant intellectuelle que physique, peuvent (et devraient) avoir accès à des activités physiques efficaces.»

Pour d’autres ressources, consultez votre professionnel de la santé ainsi que la SCPE.

Articles Connexes