Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Garder la forme

17 février 2017

Comment aider mon enfant à bien dormir?

Votre enfant a-t-il de la difficulté à dormir la nuit? Voici 5 causes fréquentes des problèmes de sommeil chez les enfants et les mesures que vous pouvez prendre.

Jennifer Garden reçoit beaucoup d'appels de parents inquiets dont les enfants ont de la difficulté à dormir. «La plupart du temps, les enfants ne sont simplement pas capables de favoriser leur endormissement», avance Mme Garden, ergothérapeute. Selon elle, un examen approfondi du style de vie de l'enfant peut fournir des indices sur les causes de ses problèmes de sommeil, telles que l'obstruction des voies respiratoires, un environnement non propice au sommeil, l'anxiété ou l'apnée du sommeil. 

«Nous cherchons à trouver ce qui cause le problème, déclare Mme Garden. Des difficultés liées à l'alimentation ont-elles un impact sur le sommeil de l'enfant? Ronfle-t-il? La température de sa chambre est-elle trop élevée?»

Mme Garden explique qu'il est essentiel de mettre le doigt sur la cause sous-jacente avant d'établir un plan d'action et de le mettre en œuvre. «Les enfants passent la moitié de leur journée à dormir», dit-elle. Un enfant fatigué pourrait présenter des troubles de comportement ou avoir de la difficulté à l'école. Sans oublier les répercussions sur son attitude à la maison.

«Toute la famille pourrait en souffrir», ajoute-t-elle.

5 troubles du sommeil courants chez l'enfant

Voici divers problèmes liés au sommeil que les enfants peuvent avoir à surmonter:

  1. Terreurs nocturnes. Selon la Société canadienne de pédiatrie (SCP), elles affectent habituellement les enfants âgés de 2 à 4 ans. Ils se réveillent en criant et en gesticulant, partiellement éveillés et non conscients de votre présence. «La cause la plus fréquente est le manque de sommeil», affirme Mme Garden. Une vessie pleine ou une fièvre peuvent aussi être des éléments déclencheurs. Vous devez rester calme et éviter de réveiller votre enfant, sauf si un médecin vous a conseillé de suivre la technique des réveils planifiés. La bonne nouvelle est que votre enfant ne se souviendra pas de ses terreurs nocturnes le lendemain et qu'elles finiront par disparaître avec le temps.
  2. Cauchemars. Contrairement aux terreurs nocturnes qui ont lieu pendant le premier tiers du sommeil de l'enfant, les cauchemars apparaissent durant la phase de sommeil paradoxal ou vers la fin d'un cycle de sommeil. Les enfants peuvent être sujets à des cauchemars dès l'âge de 2 ans. Mme Garden explique que beaucoup d'enfants ont de la difficulté à faire la distinction entre la fiction et la réalité, ce qui se répercute sur leur sommeil. La SCP recommande de réconforter votre enfant et de lui dire que son rêve n'était pas réel. Mme Garden suggère de mettre en place des mesures en cas de cauchemar, comme de permettre à votre enfant de se rendormir sur un petit matelas installé dans votre chambre ou de lui donner son ourson en peluche préféré pour le réconforter.
     
  3. Voies respiratoires obstruées. L'obstruction des voies respiratoires se caractérise par une respiration sifflante et nuit au sommeil. Mme Garden affirme qu'un grand nombre d'enfants handicapés (syndrome de Down par exemple) ont un palais déformé, ce qui obstrue leurs voies respiratoires. Les enfants ayant des adénoïdes ou des amygdales de grande taille ou ceux ayant des allergies ou souffrant d'asthme peuvent également avoir les voies respiratoires obstruées, ce qui provoque des ronflements ou des halètements durant la nuit. Certains enfants peuvent même souffrir d'apnée du sommeil, une maladie qui se manifeste par des arrêts involontaires de la respiration pendant quelques secondes, ce qui les laisse à bout de souffle. Mme Garden recommande de parler à votre pédiatre à propos de ce que vous avez remarqué (ou de lui montrer une vidéo que vous aurez prise de votre enfant) et d'obtenir un rendez-vous avec un spécialiste du sommeil. Les dentistes sont également en mesure de déterminer si l'enfant respire par la bouche en dormant en raison de voies nasales obstruées. Il existe de nombreuses façons de traiter l'obstruction des voies respiratoires : faire dormir les enfants plus vieux sur une surface surélevée, obtenir une ordonnance de médicaments pour l'asthme et les allergies au besoin, utiliser une machine à pression continue qui sert à maintenir les voies respiratoires ouvertes ou réduire chirurgicalement la taille des adénoïdes et des amygdales.
     
  4. Syndrome des jambes sans repos. Selon HealthLinkBC, cette maladie se manifeste par des sensations désagréables dans certaines parties du corps lorsque l'enfant est couché. Afin d'obtenir un soulagement, il est porté à beaucoup bouger et donc à se réveiller. Une carence en fer est parfois liée à cette maladie. Heureusement, il existe bien des moyens d'aider votre enfant à soulager ses symptômes : faites-lui faire des activités à fort impact, faites-lui porter des pyjamas serrés pour maintenir une pression sur les jambes ou utilisez des techniques de relaxation avant de le mettre au lit, recommande Mme Garden.
     
  5. Somnambulisme. Selon KidsHealth, le somnambulisme se produit le plus souvent durant la phase de sommeil profond. L'enfant s'assoit dans son lit, marche ou court dans la maison tout en restant endormi. Le somnambulisme peut être causé par la fatigue, un horaire de sommeil irrégulier, une maladie, la prise de certains médicaments ou le stress. Si votre enfant est somnambule, faites-le dormir dans un lit ordinaire plutôt que dans un lit à deux étages pour éviter qu'il ne tombe de trop haut, verrouillez les portes et les fenêtres, rangez les objets dangereux et reconduisez-le doucement vers son lit. Il ne faut pas réveiller un enfant somnambule, car un réveil brusque pourrait le désorienter et le perturber.

Avoir une bonne hygiène de sommeil

De nombreux problèmes liés au sommeil peuvent être évités grâce à une bonne hygiène de sommeil, affirme Alanna McGinn, fondatrice du site Good Night Sleep et directrice de l'International Association of Child Sleep Consultants. Selon elle, les parents doivent maintenir une routine lors du coucher et veiller à ce que leur enfant dorme d'un sommeil réparateur pour fonctionner durant la journée.

«Les enfants se couchent beaucoup trop tard; ils sont ainsi plus sujets au manque de sommeil», dit Mme McGinn. «Les parents doivent instaurer des limites.»

Des limites doivent aussi être imposées en ce qui concerne l'endroit où l'enfant dort. Un enfant qui vient dans votre lit chaque nuit doit savoir que c'est dans son lit qu'il doit dormir. «On l'aide à retourner dans son lit avec un minimum de stimulation; c'est la méthode douce de retour au lit», affirme Mme McGinn.

Elle ajoute que le fait de respecter ces limites n'est qu'une partie de la solution; vous devez expliquer à votre enfant pourquoi le sommeil est important. Elle recommande également d'utiliser des techniques de relaxation avant de le mettre au lit, comme des exercices de respiration, des positions de yoga ou de la méditation.

Articles Connexes