Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Action diabète

26 octobre 2017

Quatre moyens de gérer le stress lié au diabète

Vivre avec le diabète peut être difficile mentalement et physiquement. Ces conseils d'experts en matière de lutte contre le stress peuvent vous aider à faire face à la maladie.

Bien qu'Alison Muir ait reçu un diagnostic de diabète de type 1 à l'âge de 5 ans, ce n'est que dans la trentaine qu'elle a décidé de prendre au sérieux la gestion de sa maladie et le stress qui en découlait.

« Le diabète peut entraîner de nombreuses complications si vous ne faites pas attention et n'avez pas de bonnes habitudes de vie », dit Alison Muir, âgée maintenant de 45 ans et chef de l'exploitation dans une entreprise de développement de logiciels à Vancouver.

« J'étais un peu dans le déni et je me suis dit que je devais changer mon attitude », dit-elle. « J'ai remarqué au fil des ans l'importance de la simplicité; l'équilibre réside essentiellement dans une bonne alimentation, l'exercice, des relations saines et un travail qui n'est pas trop exigeant et stressant. »

Jan Hux, conseillère scientifique en chef de l'Association canadienne du diabète (ACD), reconnaît que vivre avec le diabète peut être accablant sur le plan émotionnel si l'on tente de le gérer seul.

« C'est d'abord difficile lorsque vous recevez un diagnostic. Vous assistez à une séance d'information sur le diabète et c'est un peu comme si vous tentiez de boire à même un tuyau d'incendie – il y a juste trop de choses à apprendre », dit Mme Hux. « Vous ne pouvez pas y arriver seul. »

Que vous ayez reçu récemment un diagnostic ou que vous souffriez de la maladie depuis des années, les suggestions ci-dessous pour faire face au stress vous aideront à mieux gérer le diabète.

1. Demandez de l'aide

Selon Marie-Hélène Pelletier, vice-présidente adjointe, santé mentale au travail, garanties collectives de la Financière Sun Life Canada, le diabète vous oblige à apporter un grand nombre de changements à votre comportement et vous contraint à le gérer constamment, « ce qui est très exigeant sur le plan psychologique ».

L'ACD a découvert que 30 % des gens qui souffrent de diabète éprouvent des symptômes de dépression.

« Gérer une maladie chronique peut être exigeant sur le plan émotionnel, cognitif et physique », dit Mme Pelletier. « Il est important que les gens qui vivent avec une telle maladie apprennent comment gérer les aspects physiques et psychologiques de leur problème de santé et qu'ils demandent de l'aide au besoin. »

Il existe de nombreuses sources d'aide et de renseignements sur tous les aspects de la maladie; il peut s'agir de votre médecin, de votre infirmière ou du site Web de l'ACD.

Mme Hux recommande que vous demandiez à votre médecin quelles ressources vous pouvez – et devriez – consulter.

« Dans la plupart des cas, il vous indiquera de vous rendre dans un centre de renseignements sur le diabète où vous trouverez une vaste gamme de professionnels de la santé – y compris des diététistes, des infirmières, des pharmaciens et des travailleurs sociaux – qui vous permettront d'en apprendre plus sur le diabète », dit-elle. Ces experts vous aideront à prendre en charge les aspects de la santé mentale et du mieux-être liés au diabète.

« Les gens qui souffrent d'une maladie physique chronique ajoutent de plus en plus un psychologue à leur équipe de fournisseurs de soins pour s'assurer de recevoir de l'aide sur tous les aspects de leur santé », dit Mme Pelletier.

2. Constatez les bienfaits chimiques de l'exercice

En plus de permettre la gestion du poids, l'exercice contribue également au maintien de la bonne composition chimique du corps et à la façon dont il réagit aux médicaments. « À long terme, le stress cause des changements dans la chimie corporelle, notamment en ce qui concerne l'adrénaline et le cortisol, ce qui peut rendre une personne plus résistante à l'insuline et donc nuire à la gestion du glucose », dit le Dr Paul Oh, directeur médical du programme de réadaptation et de prévention des maladies cardiovasculaires et titulaire de la chaire GoodLife fitness au Peter Munk Cardiac Centre et à la Toronto Rehabilitation Institute de l'University Health Network. « L'exercice est un moyen positif d'évacuer le stress et d'annuler ces changements chimiques. »

Cela ne signifie toutefois pas que vous devez commencer à courir des marathons. Alison Muir a remarqué qu'aller dans un centre de conditionnement physique lui créait plus de stress parce que sa glycémie était très élevée après un entraînement.

« Cela m'apparaissait contre-productif », dit-elle. Toutefois, tout a changé lorsqu'elle s'est inscrite à un cours de yoga. « Je me souviens de la première séance, dit-elle. Cela a été une véritable révélation pour moi. J'ai ressenti un niveau d'énergie que je n'avais pas connu depuis longtemps. »

Mme Muir tente de s'adonner au yoga tous les jours en raison de ses effets calmants sur son corps. « Je me réveille et me rends à mon cours de yoga. Cela me permet de stabiliser ma glycémie pour le reste de la journée. »

3. Tenez un journal : mettez tout par écrit

James Pennebaker, professeur à l'Université du Texas à Austin, est un des fondateurs de la thérapie de l'écriture expressive. Il a découvert au fil de ses études qu'en mettant par écrit ses sentiments et ses pensées, il est possible de réduire son stress et les effets du stress sur le corps.

Vous pouvez écrire dans votre journal aussi souvent que vous le souhaitez – des études ont montré que c'était bénéfique même si vous ne le faites qu'une seule fois par semaine – on recommande une période de 15 à 30 minutes chaque fois. Trouvez le moyen qui vous convient pour écrire (un crayon et du papier ou votre tablette, par exemple). Pour vous aider à prendre le contrôle de la gestion de votre diabète, décrivez les défis que vous devez relever et les succès que vous avez connus par rapport à la maladie et ce que vous ressentez lorsque vous faites certains choix ou activités.  

4. Maîtrisez l'art de méditer

« La pleine conscience est une ancienne technique de la médecine orientale, mais ce n'est que récemment qu'elle a été acceptée par la médecine occidentale », dit Mme Hux. « Elle est très utile pour procéder à son auto-évaluation sans porter de jugement. Prenez seulement le temps de prendre conscience de ce que vit votre corps. Quelles sont vos pensées? Vous ne portez pas de jugement, vous ne faites que prendre conscience de ce que vous vivez. »

En 2014, des chercheurs de l'Université Johns Hopkins à Baltimore au Maryland ont publié une étude sur 47 essais cliniques menés sur les effets de la méditation. Ils ont découvert qu'elle pouvait avoir une incidence positive sur le stress, l'anxiété et la dépression.

Mme Muir tente de méditer 20 minutes chaque jour. « Je considère que c'est comme prendre une douche, cela fait partie de ma vie, dit-elle. Tout comme le yoga, la méditation m'aide à rester dans le présent et à avoir pleinement conscience de moi-même. Je ne réagis plus aussi rapidement, je ne suis plus aussi impulsive. Vous pouvez vous laisser entraîner, surtout en présence d'autres personnes, lorsqu'il est question de boire, de manger ou de veiller tard. La méditation vous donne une pleine conscience de vous-même, ce qui vous permet de vous rappeler que si vous vous laissez aller, il y aura des conséquences. »

  • Êtes-vous à risque de développer un diabète de type 2? Découvrez-le en faisant le test en ligne .

Un exercice simple de méditation pour gérer son stress

Il est possible de s'adonner à tout moment de la journée à cet exercice de méditation du Great Good Science Center de l'Université de Californie à Berkeley, dont le travail porte principalement sur les « méthodes fondées sur des recherches permettant de mener une vie plus heureuse et significative ».

  1. Adoptez une position confortable, que ce soit assis sur une chaise ou sur le sol, voire couché.
  2. Fermez les yeux pour vous aider à rester concentré (il s'agit d'une étape facultative).
  3. Commencez à respirer profondément. Inspirez par le nez pendant 3 secondes, prenez une pause, puis expirez par la bouche pendant 4 secondes.
  4. Respirez ensuite normalement en vous concentrant sur votre respiration (sur le mouvement de votre poitrine ou sur le bruit produit). Il est possible que des pensées vous viennent à l'esprit; prenez conscience de celles-ci, puis concentrez-vous de nouveau sur votre respiration.
  5. Continuez pendant 5 minutes

Articles Connexes