Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Action diabète

05 mars 2015

Prévenir ou gérer le diabète de type 2 : conseils d'un expert

Quand il s'agit du diabète de type 2, l'important c'est de prendre sa santé en main. Voici quelques conseils pour vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Quand il s'agit du diabète de type 2 (DT2), qui touche près de 90 % des personnes qui sont atteintes de diabète, l'important c'est de prendre sa santé en main. Contrairement au diabète de type 1, le DT2 peut être géré et maîtrisé – et on peut même le prévenir – en adoptant de saines habitudes alimentaires et en apportant des changements à son mode de vie. Ce peut être aussi simple que de faire davantage d'activité physique ou de modifier légèrement son alimentation pour perdre quelques kilos en trop.

Que l'on soit prédiabétique (taux de glycémie élevé, mais pas assez pour qu'on parle encore de diabète) ou que l'on soit déjà atteint du diabète, apporter des changements à son mode de vie peut relever du défi au quotidien.

Voici quelques conseils du docteur Gary F. Lewis, endocrinologue et professeur aux départements de médecine et de physiologie de l'Université de Toronto, pour gérer le DT2 de façon à vivre plus longtemps et en meilleure santé.

1. Maintenir un niveau élevé d'activité physique

Demeurer actif fait partie d'un mode de vie sain pour tout le monde – pas seulement pour les personnes qui sont atteintes de DT2. Les recherches ont démontré que faire régulièrement de l'exercice peut contribuer à la perte de poids et aider à maintenir un taux de glycémie stable et à augmenter la sensibilité à l'insuline. Lorsque l'organisme est sensible à l'insuline, il n'a pas besoin d'en produire autant. Selon l'Association canadienne du diabète, on peut réduire le risque d'être atteint du DT2 de 60 % en faisant régulièrement de l'activité physique, en ayant de saines habitudes alimentaires et en gérant son poids.

Des moyens faciles d'intégrer l'activité physique dans notre quotidien : les activités physiques récréatives, prendre les escaliers plutôt que l'ascenseur, garer sa voiture un peu plus loin de notre destination plutôt que de chercher l'endroit de stationnement le plus près, descendre de l'autobus un ou deux arrêts avant notre destination, faire une marche le midi ou utiliser de l'équipement de conditionnement physique tout en regardant la télé. Chaque pas compte!

2. Consommer des aliments sains, complets et non transformés

Pour bien gérer le DT2, il est essentiel non seulement de faire de l'exercice et de prendre ses médicaments, mais aussi de consommer les bons aliments. Pour certains, le plus grand défi est de maintenir de bonnes habitudes alimentaires. La bonne nouvelle, c'est qu'il est possible d'intégrer les aliments que vous préférez dans vos repas. Une diététiste peut discuter avec vous de la planification de vos repas afin que vous vous sentiez en pleine forme.

Lorsque vous planifiez vos repas et vos collations, il est important de garder les trois choses suivantes à l'esprit : la modération, l'équilibre et les portions. En mangeant trois repas moins copieux par jour et des collations entre les repas, et en suivant les recommandations du Guide alimentaire canadien, vous serez plus en mesure de maîtriser votre taux de glycémie. Cela signifie qu'il faut manger beaucoup de légumes verts, de grains entiers, de protéines maigres et d'aliments non transformés. «Les aliments entiers contiennent des fibres, ils contiennent beaucoup d'eau et sont moins caloriques que les aliments transformés. Leur teneur en glucides, en sodium et en lipides est aussi souvent moins élevée» explique le docteur Lewis. «Limitez la quantité de nourriture que vous consommez. Même des aliments sains consommés en grande quantité vous feront prendre du poids.»

3. Surveiller la glycémie à jeun

Les résultats d'un test de glycémie à jeun sont très révélateurs en ce qui a trait à la façon dont l'organisme transforme le glucose, ce qui est un élément clé pour diagnostiquer le prédiabète ou le diabète. «Tous les adultes devraient faire analyser leur glycémie à jeun au moins une fois tous les trois ans, même s'ils sont en santé» explique le docteur Lewis.

Les personnes qui ne sont pas diabétiques produisent de l'insuline en réaction à l'augmentation du taux de glycémie, alors que les diabétiques n'en produiront pas suffisamment ou n’en produiront pas du tout, ce qui se traduit par un taux de glycémie beaucoup plus élevé. Si vous avez reçu un diagnostic de DT2, cette analyse sera effectuée périodiquement pour surveiller l'efficacité de vos médicaments et des changements que vous avez apportés à vos habitudes alimentaires.

Êtes-vous à risque?

Si votre père et votre mère sont tous deux atteints de DT2, les probabilités que vous en soyez atteint aussi un jour sont de 50 %, selon les experts de la Clinique Mayo. Faites le test proposé par Diabète Québec ou consultez votre médecin afin qu'il vous fasse passer un test de dépistage pour déterminer si vous êtes à risque.

Articles Connexes