Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Action diabète

11 novembre 2013

L’importance de dépister le diabète

Au Québec, 760 000 personnes sont diabétiques, mais 200 000 l'ignorent. Faites-vous partie de ces 200 000 personnes?

Fais de ta nourriture ton premier médicament.

Hippocrate

Pourquoi est-ce si important de dépister le diabète? S'il est diagnostiqué au début de sa manifestation, le diabète n'aura pas le temps de faire ses ravages (problèmes rénaux, maladies cardiovasculaires, cécité, amputation).

Faites la connaissance de Henri et découvrez pourquoi il est important d’être proactif et prendre sa santé en main!

Henri a reçu un diagnostic de diabète de type 2 à l’âge de 58 ans. Il a maintenant 66 ans. Depuis son diagnostic, il a refusé de suivre les recommandations de son médecin. Comme il n’avait aucun symptôme apparent, il banalisait son état. Selon lui, il n’était pas malade. Il n'a apporté aucun changement à son alimentation composée principalement d'aliments riches en gras et en sucre. Il accusait un surplus de poids causé par sa sédentarité et consacrait plus de 75 heures par semaine à un poste dont le niveau de stress était très élevé.

Quelques années plus tard, la maladie a eu le dessus sur lui. Il a fait un AVC qui l’a forcé à arrêter de travailler complètement. Il était persuadé qu’il se rétablirait rapidement de cette épreuve, mais son corps en avait décidé autrement. Un matin, il s’est levé et sa vue avait considérablement diminué. La canne blanche remplace maintenant ses yeux et son corps ne lui permet plus d’être actif comme avant. Ses déplacements sont limités à l’essentiel du quotidien. Ces conséquences se sont développées à cause d'une mauvaise gestion de son diabète.

Le déni est un ennemi qui nous empêche de regarder la réalité en face. En choisissant d’ignorer sa maladie, Henri a lui-même créé ses maux physiques, sa souffrance et ce qui deviendra son futur. Il le regrette, mais il est trop tard. On ne peut pas refaire le passé. La vie nous permet d’aller de l’avant seulement, avec ce que nous sommes maintenant.

Cette histoire est un fait vécu. Dans le cadre de l’écriture de mon livre La face cachée du diabète (à paraître), j’ai interviewé 35 personnes diabétiques, dont Henri qui a insisté pour que je publie son histoire afin de faire réaliser à d’autres personnes l’importance de prendre soin de sa santé et de respecter les traitements médicaux, le cas échéant.

J’ai appris que je souffrais de diabète de type 1 à l’âge de 17 ans. J’ai défié toutes les statistiques qui révèlent qu’après une quinzaine d’années suivant le diagnostic du diabète, les conséquences liées à la maladie peuvent apparaître. Après 33 ans de «vie commune» avec cette maladie, je n’ai aucune conséquence, et ce n’est pas par chance. Rigueur, assiduité, acceptation, respect des traitements, alimentation saine, et activité physique composent mon quotidien depuis toutes ces années. L’effort est payant!

Faits marquants

  • Toutes les 13 minutes, un Québécois reçoit un diagnostic de diabète.
  • Le diabète de type 2 fait plus que doubler le risque de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.
  • Au Québec, le diabète est la principale cause d’accidents cardiovasculaires et vasculaires cérébraux.
  • Plus de 70 % des personnes diabétiques mourront d’une maladie cardiovasculaire.
  • Au Québec, les frais directs et indirects des soins liés au diabète sont estimés à 3 milliards de dollars par an.
  • Un lit sur cinq à l’hôpital est occupé par une personne diabétique.

Articles Connexes