Passer à l'ouverture de session client Passer au contenu principal Passer au pied de page

Vie et collectivité

24 avril 2019

Objectif zéro déchet? Voici quelques conseils pour y arriver

En adoptant un mode de vie zéro déchet, vous pourriez économiser temps et argent. Les conseils qui suivent vous aideront à faire le saut.

Au cours d’un déménagement il y a de cela un peu plus de 10 ans, Béa Johnson a eu une révélation.

«Nous avons vite réalisé que nous avions tout ce dont nous avions besoin», se souvient-elle. Ainsi, plutôt que de défaire les boîtes, la famille Johnson a donné plus des deux tiers de ses biens. Depuis, elle mène une vie sans déchets, ou presque. Et elle a économisé beaucoup d’argent.

Puis en 2013, cette Française a emmené sa famille vivre en Californie et s’est inspirée de son mode de vie pour écrire le livre Zéro déchet. Elle voyage maintenant à travers le monde – de la Martinique à la Malaisie, et plus loin encore – pour promouvoir un retour à l’essentiel.

«Les gens croient que parce que nous vivons en Californie, ça doit être facile pour nous, mais c’est loin de l’être, dit-elle. Lorsque je voyage pour parler du mode de vie zéro déchet, on me dit : “C’est facile pour vous, vous vivez aux États-Unis.” Et aux États-Unis, on me dit : “C’est facile pour vous, vous vivez en Californie.” Et en Californie, on me dit : “C’est facile pour vous, vous vivez à San Francisco.” Et à San Francisco, on me dit : “C’est facile pour vous, vous êtes Française!” Les excuses que les gens utilisent pour dire qu’ils ne peuvent pas y arriver sont sans fin.»

Le zéro déchet peut vous faire économiser temps et argent

On le sait, réduire ses déchets, c’est bon pour la planète. Mais vos motivations pourraient ne pas se limiter à la protection de l’environnement. Vous pourriez aussi vouloir économiser de l’argent! Béa Johnson estime que sa famille a réduit ses dépenses d’environ 40 % depuis son virage zéro déchet.

Par-dessus tout, l’approche zéro déchet donne à Béa Johnson ce qu’il y a de plus précieux : du temps.

Moins de vêtements signifie moins de temps à magasiner en ligne ou dans les boutiques. En achetant moins, vous passez aussi moins de temps à la pharmacie. Certains produits ont des usages multiples : pensons au savon en barre, qui sert à la fois de shampoing, de crème à raser, de nettoyant pour le visage et de nettoyant pour le corps. L’épicerie prend moins de temps et d’efforts, elle aussi. Pourquoi? Vous vous en tenez aux sections des fruits et légumes et des autres aliments frais, et évitez autant que possible les allées des produits emballés.

Le zéro déchet : pas seulement une question de recyclage

Puisqu’ils ont accès à des programmes de recyclage urbains depuis plus de 30 ans, pas mal de gens pourraient croire que le zéro déchet ne s’applique pas à eux.

Malheureusement, une grande partie de ce que nous mettons au recyclage se retrouve dans les dépotoirs. Le plastique et le verre non recyclables, les résidus de nourriture, les couches et les déchets médicaux, notamment, font que des chargements entiers de verre, de plastique et de papier deviennent impossibles à recycler. Des 8,3 milliards de tonnes de plastique (l’équivalent de 8,3 milliards d’éléphants) produites à travers le monde jusqu’à maintenant, à peine 9 % ont été recyclés selon une étude publiée dans Science Advances. Et 79 % se sont retrouvés dans les dépotoirs ou dans l’environnement, tandis que les derniers 12 % ont été incinérés.

Malgré les programmes de recyclage, nous générons ici 2,3 kg de déchets par personne par jour : nous sommes l’un des plus grands pollueurs parmi les pays développés, selon la Banque mondiale. Le cycle «produire-consommer-jeter» fait partie intégrante de notre culture.

Mais zéro déchet, n’est-ce pas un peu extrême? La bonne nouvelle est que la plupart des solutions pour adopter ce mode de vie existent déjà. Et elles sont plus faciles à appliquer qu’on ne l’imaginerait.

Tout commence par la ferme résolution d’arrêter d’apporter de nouvelles choses à la maison.

«Nous avons appris à dire “non”, mentionne Béa Johnson. Parce qu’il y a toujours quelqu’un qui vous encourage à prendre quelque chose.»

Les règles d’or du mouvement zéro déchet

Vous connaissez sans doute la règle des trois R : réduire, réutiliser et recycler. Dans le cas du mouvement zéro déchet, on compte quatre R et un C :

  1. Refuser. Comme nous l’avons mentionné, en refusant de rapporter des choses à la maison, vous en avez moins à éliminer et vous dépensez moins.
  2. Réduire. Commencez par désencombrer votre maison, puis réduisez la quantité de choses que vous avez, petit à petit.
  3. Réutiliser. Voilà le principe fondamental du mode de vie zéro déchet. Vous devez modifier vos habitudes et remplacer les produits jetables par des produits réutilisables. Par exemple :
    • Servez-vous de serviettes de table en tissu et de chiffons au lieu de serviettes en papier et d’essuie-tout.
    • Utilisez des mouchoirs en tissu plutôt qu’en papier.
    • Apportez des contenants réutilisables que vous remplissez à l’épicerie à la place d’acheter des produits déjà emballés.
    • Achetez des vêtements, des souliers et des meubles d’occasion plutôt que neufs.
    • Passez les vêtements peu usés de vos enfants plus âgés à vos plus jeunes ou encore aux enfants de vos amis. Ici aussi, vous ferez d’importantes économies.
  4. Recycler. Cette règle n’arrive qu’en quatrième place pour une bonne raison : ne recyclez que ce que vous ne pouvez pas refuser, réduire ou réutiliser.
  5. Composter. Compostez vos déchets de table pour éviter qu’ils ne se retrouvent dans les dépotoirs. Mieux encore, évitez le gaspillage : planifiez vos repas, faites une liste d’épicerie et n’achetez que le nécessaire pour la semaine.

Vous aurez probablement besoin d’un peu de temps et de planification pour appliquer les règles d’or. Pour commencer, envisagez quelques mesures simples, comme avoir des sacs réutilisables pour votre épicerie et des contenants lavables pour vos repas. Vous pourrez ensuite accroître vos efforts en vue d’atteindre votre objectif zéro déchet.

«Le zéro déchet permet de faire de la place dans votre vie pour ce qui compte le plus pour vous, souligne Béa Johnson. Grâce à nos nouvelles habitudes, nous enrichissons nos vies par des expériences plutôt que par du matériel. Notre vie est axée sur l’être plutôt que sur l’avoir.»

D’autres astuces pour un mode de vie écologique :

Articles connexes