Le récit qui suit est fondé sur une expérience vécue par une cliente.

Je suis très heureuse d'avoir la possibilité de raconter l'expérience que j'ai vécue alors que j'ai eu un problème de santé pendant que j'étais en vacances il y a quelque temps de cela et de souligner combien «mes anges» de la Sun Life ont été merveilleux. Voici donc mon histoire!

Je vis en Alberta avec mon mari, Josh, et ma fille, Molly qui a 16 ans. Josh a un emploi dans les champs pétroliers et il travaille d'arrache-pied pour Molly et moi; j'ai donc pensé, au mois de mars dernier, qu'il avait besoin d'une pause et j'ai organisé un voyage pour nous tous en République dominicaine. Mes parents ont une résidence secondaire là-bas – qu'ils ont bien méritée après toutes ces années de dur labeur et après avoir élevé mes trois frères et sœurs et moi. Nous nous sommes donc envolés pour les rejoindre pour deux semaines. Ma tante, qui vient de la Nouvelle-Écosse, se trouvait aussi là-bas en visite. Ce devait donc être une belle réunion de famille pour tous.

Cela faisait environ trois jours que nous étions arrivés lorsque mes problèmes ont commencé. J'avais des nausées et je ne pouvais rien manger ni boire. J'ai pensé que j'avais dû consommer une boisson dans laquelle on avait mis des glaçons contaminés ou quelque chose du genre; pendant quelques jours, je ne pouvais rien garder de ce que j'avalais jusqu'à ce que je n'en puisse plus. Nous nous sommes donc rendus au Centre médical Cabarete (CMC) à Sosua. Ils m'ont tout de suite mise au lit pour me reposer, mais j'avais énormément de douleurs à l'abdomen. J'ai parlé à deux ou trois médecins, qui m'ont examinée afin de déterminer d'où provenait exactement la douleur. Ils ont fait des analyses sanguines et j'ai aussi subi des échographies. Finalement, le chirurgien est venu me voir dans ma chambre pour nous annoncer à moi et à ma famille qu'il avait une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle était que j'étais enceinte! La mauvaise, qu'il devait me faire immédiatement une appendicectomie; les médecins avaient en effet découvert de multiples kystes ovariens et ils ont conclu qu'un de ceux-ci avait crevé et que le fluide avait causé une appendicite.

Après une nuit dans ce magnifique hôpital – on avait plus l'impression qu'il s'agissait d'un hôtel que d'un hôpital, c'était neuf et très beau – je me suis fait opérer. Les médecins et tout le personnel ont été absolument fantastiques, obligeants et gentils malgré la barrière de la langue. Après l'intervention, les infirmières venaient vérifier à toute heure du jour si tout allait bien, si j'avais besoin de quelque chose, comment je me sentais, etc. Et bien qu'après la chirurgie je ressentais encore de la douleur, je me sentais nettement mieux que la semaine qui avait précédé; j'étais contente d'être là.

Je suis demeurée à l'hôpital pendant encore six jours jusqu'à ce qu'on me dise que je pouvais retourner au condo de mes parents, mais le chirurgien ne voulait pas que je prenne l'avion avant une semaine. Cela signifiait que je devais changer mon vol, mais l'agence de voyages ne pouvait pas me rembourser mon billet. Mon père a dû utiliser ses Air Miles et payer un supplément de 450 $ pour obtenir un vol de retour, car mon mari et moi n'avions pas les fonds nécessaires pour couvrir un autre vol pour moi. Je n'ai pas pu obtenir de siège sur un vol à destination de Calgary. J'ai donc réservé un siège sur un vol pour Halifax, de sorte que je pouvais voyager avec ma tante qui retournait au Canada elle aussi à ce moment-là.

Puis j'ai reçu un appel d'une charmante dame dénommée Leona. Elle a littéralement transformé ma journée et ma semaine et a allégé considérablement le fardeau pour moi et ma famille alors qu'elle m'expliquait que l'assurance voyage offerte par la Sun Life au titre des garanties collectives de mon mari couvrait les vols de retour. Elle a tenté de me trouver un vol pour Calgary, mais n'a pas pu; nous nous en sommes donc tenus au plan initial qui était de me rendre d'abord à Halifax, mais elle a réussi à me trouver un vol d'Halifax à Calgary pour le lendemain matin. La Financière Sun Life couvrait aussi le coût d'une «angélique infirmière» (comme je me plais à l'appeler!) qui est venue de Toronto jusqu'à la République dominicaine. Elle s'appelait Min-Ju Evans, ou MJ, comme elle souhaitait que je l'appelle. Elle a réussi à obtenir le dernier siège disponible sur mon vol à destination de Halifax. Elle a même parlé au personnel du transporteur aérien – il s'agissait d'Air Canada – et a réussi à obtenir d'eux de nous laisser voyager en première classe parce que je récupérais d'une chirurgie et qu'elle devait prendre soin de moi pendant le vol.

C'était excitant, parce que c'était la première fois que je voyageais en première classe et j'ai été stupéfiée du confort et des commodités qu'on mettait à notre disposition, surtout compte tenu de mon état. Les agents de bord étaient très sympathiques et très obligeants. Nous sommes arrivés à Halifax, où la Financière Sun Life couvrait aussi le coût de deux chambres d'hôtel pour la nuit dans un hôtel de l'aéroport, puis nous sommes parties pour Calgary le lendemain. Lorsque nous sommes arrivées, j'ai remercié mon infirmière MJ pour tout ce qu'elle avait fait pour moi. Je lui suis très reconnaissante de même qu'à la Financière Sun Life de l'avoir envoyée à mon secours – et de m'avoir ramenée à la maison, saine et sauve, au Canada.

Depuis cette expérience, je fais l'éloge de la Financière Sun Life et je remercie le ciel chaque jour pour les garanties collectives de Josh offertes par la Sun Life. Lorsque je raconte mon histoire, j'insiste toujours sur l'importance de souscrire une assurance voyage avant de partir.

Je dois beaucoup à la Financière Sun Life. C'était la première fois que j'avais à recourir à ce genre d'assurance, et c'était aussi ma première intervention chirurgicale importante. La Financière Sun Life a tellement allégé notre fardeau, à mon mari, à moi et aussi à mes parents! Ces derniers étaient tellement inquiets au sujet de ma santé et de mon retour à la maison au Canada qu'ils n'avaient vraiment pas besoin de s'inquiéter aussi pour trouver l'argent nécessaire pour mon retour. Je remercie donc de nouveau de tout mon cœur la Financière Sun Life.

Je suis à la maison, je me repose et je vais très bien. Nous attendons avec impatience l'arrivée, à la fin de novembre, de notre nouveau petit bout de chou.