mon @rgent en bref – décembre 2017

Téléchargez ce bulletin (PDF, 3 pages, 282 Ko)

 

Trois conseils pour améliorer votre sécurité financière et celle de votre famille en 2018

Three steps to protect you and your family in 2018On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. À l'aube d'une nouvelle année, il peut être rassurant de mettre en pratique quelques conseils élémentaires qui s'avéreront très utiles si des changements – une réparation inattendue ou une maladie imprévue – survenaient. En voici trois à envisager pour 2018.

1. Bâtir un fonds d'urgence
Un fonds d'urgence, c'est une réserve d'argent pour les «mauvais jours», qu'on utilise pour payer les dépenses non planifiées ou imprévues, y compris celles découlant de l'apparition soudaine d'une maladie. Le montant d'argent épargné dépend de vos autres actifs et de votre couverture d'assurance... tout comme de ce que vous jugez nécessaire à votre tranquillité d'esprit. En général, on considère qu'un fonds d'urgence représente l'équivalent de trois à six mois de salaire net.

Un compte d'épargne est sécuritaire et facile d'accès, des qualités qui conviennent à un fonds d'urgence. Mais si vous pouvez ouvrir un compte d'épargne non enregistré dans le cadre du régime offert par votre employeur, vous profitez d'avantages supplémentaires, comme un vaste choix de placements et la possibilité de cotiser automatiquement au moyen de retenues salariales.

Si vous souhaitez bénéficier d'une protection additionnelle, envisagez la marge de crédit. Elle vous donne l'assurance de pouvoir accéder à des fonds en tout temps sans qu'il vous en coûte un sou, du moins tant que vous n'en retirez aucune somme.

2. Assurance-invalidité et assurance contre les maladies graves
Une assurance-invalidité et une assurance contre les maladies graves bien choisies peuvent constituer une part importante d'un plan de protection, car elles diminuent le risque que vous ayez à puiser dans votre épargne si vous tombez gravement malade.

L'assurance-invalidité remplace une partie de votre revenu (moins de 70 % habituellement) si vous vous retrouvez incapable de travailler en raison d'une maladie ou d'une invalidité. Les contrats d'assurance-invalidité varient grandement et comportent des options vous permettant d'ajuster la couverture selon vos besoins. Si votre employeur offre une assurance-invalidité, vérifiez son niveau de couverture et assurez-vous qu'il convient à votre situation. Vous voudrez peut-être vous procurer une couverture supplémentaire privée ou choisir un niveau de couverture plus élevé, si le régime de votre employeur propose différentes options de couverture.

L'assurance contre les maladies graves vous verse un montant forfaitaire exempt d'impôt si vous recevez un diagnostic de maladie grave (cancer, crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, cécité, surdité, paralysie, insuffisance rénale et sclérose en plaques). Contrairement à l'assurance-invalidité, le versement de la somme n'est pas lié à votre incapacité à retourner au travail.

Vous pouvez utiliser cet argent à votre guise, pour payer un traitement donné hors du pays, qui n'est pas offert au Canada ou pour lequel l'attente est longue, par exemple, ou pour couvrir le transport jusqu'au lieu de traitement et l'hébergement durant votre séjour.

De nombreux employeurs offrent l'assurance contre les maladies graves dans le cadre de leur régime de garanties collectives ou l'offrent comme garantie facultative à un taux de groupe avantageux. Selon le contrat, différents types de maladies sont couverts. Vérifiez si c'est le cas avec le régime de votre employeur.

3. Préparez un testament – et révisez-le régulièrement
Levez la main si vous avez remis à plus tard la tâche de faire votre testament. Sans surprise, vous êtes nombreux dans cette situation. Personne n'aime songer à son décès, surtout quand on est encore actif sur le plan personnel et professionnel. Pourtant, le testament est un document crucial, car décéder sans en avoir un peut occasionner des coûts élevés.

En pareil cas, c'est la réglementation provinciale qui établira qui sont vos ayants droit... et ce ne sera peut-être pas ceux que vous auriez souhaité. Par conséquent, à moins de vouloir que le gouvernement règle vos affaires et décide de votre succession après votre décès, mieux vaut avoir un testament.

Rappelez-vous toutefois que vous devrez probablement préparer votre testament plus d'une fois dans votre vie. Il importe de le réviser régulièrement afin de s'assurer qu'il reflète toujours vos volontés. Tout changement de situation personnelle – mariage, divorce, naissance – peut entraîner la nécessité de modifier votre testament.

Haut de la page

 

Conseils fiscaux de fin d'année pour les couples

Year-end tax tips for couplesTout d'abord, la mauvaise nouvelle. En 2016, le gouvernement fédéral a aboli le partage des revenus pour les couples avec enfants, une stratégie qui aidait de nombreuses familles à réduire leurs impôts en permettant au conjoint le plus imposé de transférer une partie de son revenu au conjoint moins imposé. Vous devez désormais attendre à la retraite pour utiliser ce transfert; les revenus de retraite n'ayant pas été touchés par cette mesure.

Et maintenant, la bonne nouvelle. Si vous êtes mariés ou conjoints de fait, vous pouvez encore tirer profit de quelques stratégies pour abaisser l'impôt à payer.

  • Mise en commun des dépenses liées à la santé Vous pouvez déclarer les dépenses liées à la santé de votre conjoint (et des personnes à votre charge) dans votre déclaration de revenus (pour la période de 12 mois de votre choix, qui n'a pas à correspondre à l'année civile). Il s'agit des dépenses de santé que vous avez payées de votre poche et pour lesquelles vous n'avez pas reçu de remboursement de votre assurance. Selon la méthode de calcul du crédit d'impôt, il est plus avantageux dans la plupart des cas d'inscrire les dépenses liées à la santé de toute la famille sur la déclaration du conjoint gagnant le revenu le plus bas. Assurez-vous donc de rassembler toutes vos dépenses et de les réclamer dans la déclaration de revenus du conjoint ayant le salaire le moins élevé.
  • Mise en commun des dons de bienfaisance Les dons faits à des organismes de bienfaisance enregistrés donnent droit à un crédit d'impôt si vous les inscrivez dans votre déclaration de revenus. Mais il y a un hic. Si vous déclarez des dons totalisant 200 $ ou moins, vous obtenez un crédit d'impôt moins élevé que si le total de vos dons dépasse 200 $. Votre conjoint et vous avez le droit de mettre en commun vos dons de bienfaisance et de les inscrire sur une seule déclaration de revenus afin d'obtenir un crédit d'impôt plus élevé. Pour ce faire, cumulez vos dons sur la déclaration de l'un ou l'autre des conjoints. Peu importe lequel des deux réclame le crédit, l'important est qu'il ait des impôts à payer... que le crédit viendra réduire.

Haut de la page

 

Planification financière – dates importantes

Financial planning dates to rememberLa fin de l'année approche. Si vous avez tendance à oublier les dates importantes ou à faire les choses à la dernière minute, prenez le temps d'encercler les dates suivantes sur votre calendrier.

  • 31 décembre 2017 – Dernier jour pour faire un don à un organisme caritatif ou à un parti politique et bénéficier d'une déduction sur vos impôts de 2017.
  • 1er janvier 2018 – Vous pouvez commencer à cotiser à votre CELI selon le plafond de cotisation établi pour 2018.
  • 1er mars 2018 – Date limite pour cotiser à un REER pour l'année fiscale 2017.
  • 30 avril 2018 – Date limite pour remplir votre déclaration de revenus pour l'année fiscale 2017.

 

Haut de la page

 

Ouvrez une session sur masunlife.ca et accédez à toute l'information qu'il vous faut!

masunlife.ca est notre site Web sécurisé où vous pouvez accéder à des renseignements financiers, comme le détail du solde de votre régime collectif et l'historique de vos opérations. Vous pouvez également verser des cotisations supplémentaires à votre REER (le cas échéant) ou modifier vos placements. De plus, vous trouverez une multitude d'outils et de calculateurs sur masunlife.ca. Faites l'essai du Planificateur de retraite pour voir si vous êtes en bonne voie d'atteindre vos objectifs financiers en matière de retraite.
 

Votre code d'accès et votre mot de passe
Pour accéder à votre compte en ligne ou par téléphone, il vous faut un code d'accès et un mot de passe.

Vous n'avez pas de code d'accès ou de mot de passe?
Allez à masunlife.ca et sélectionnez Inscrivez-vous maintenant. Vous aurez besoin de votre numéro de compte (indiqué dans la lettre de bienvenue ou votre relevé de compte) et des trois derniers chiffres de votre numéro d'assurance sociale.

Vous avez oublié votre code d'accès ou votre mot de passe?
Sur masunlife.ca, sélectionnez le lien approprié à la section Aide.

Haut de la page